AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RIT a ouvert ses portes, bienvenue à vous les choux. :coucou:
des bisous d'amour sur vous les petits chats, on vous aime. lose yourself -- kaze 3081928241 lose yourself -- kaze 2900119244
venez participer au festival umematsuri pour le plaisir ! :squish:

Partagez
 

 lose yourself -- kaze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kita Reiko

kaze's property

avatar : kunpimook bhuwakul.
multi : kohaku de la rivière, shiki dans les jardins.
crédits : oursblanc. ♡
messages : 637
date d'inscription : 16/11/2017

lose yourself -- kaze DimwittedForkedCow-max-1mb

âge : 22 ans.
métier : leader, chanteur et second guitariste des tokyo banshees.
les amours : invariables - chantier coupable.
quartier : shi-buya.


lose yourself -- kaze Empty
MessageSujet: lose yourself -- kaze   lose yourself -- kaze EmptyDim 3 Déc - 13:18


lose yourself -- c'est ça de vouloir changer le monde à la pelle, de vouloir la jouer ribambelle - et dieu que ça tourne dans la tête, comme un vortex, un oeil de cyclone qui s'éveille dans des abysses vermeilles. reiko qui pousse un soupir, qui s'étire, qui arrive même plus à se souvenir comment - comment - comment ça peut marcher. les jambes cotonneuses, en galère qui finiront par le foutre en l'air. la bouteille à la main - deuxième de la soirée qui commence à pas mal se vider, une pleine de néant dans l'autre. reiko au rire hilare qui fait résonner un beau trois heures du matin sa presque joie d'être planté, là, pas ailleurs - avec à côté l'autre qui peut pas s'empêcher de glousser.

la première fois qu'il a rencontré kaze, il avait la gueule à moitié cachée dans son sweat, il avait l'air - comme invisible,
et la dernière fois qu'il a vu kaze, il rayonnait tellement qu'il aurait pu se faire un système solaire rien qu'en se collant du carton jaune autour des cheveux.

la lèvre inférieure pincée, reiko qui fait craqueler ses omoplates d'un mouvement maladroit - qui cherche dans le ciel une réponses aux prières rapides, parfois données devant un monticule de pierres intelligemment agencés. reiko qui regarde de travers - tentant de tenir ce frère quasi à cloche-pied, qui menace de retrouver soudain la douce sensation d'une terre qui se fracasse sur son crâne trop plein. reiko qui s'attarde sur une vision - pas de rêve - qui se retrouve happé par une mission : celle de faire une énième particule de bêtise.
- j'te jure ce que tu veux, que si j'lance la bouteille - elle va finir dans la poubelle.

le défi qui se lit - et sans attendre, reiko qui s'éloigne, prend un peu d'élan en laissant son dos à moitié tomber en arrière, menaçant de s'effondrer en poupée de chiffon. puis qui lance.

se loupe - se rate
divine allégorie.

- AH PUTAIN !

mou à peine poussée, reiko qui récupère l'équilibre - qui dans le silence, invite le guitariste à avancer, à le suivre - toujours, encore, toujours. c'est pas comme si ça pouvait en être autrement, c'est pas comme si ça pouvait, à un moment donné, être modifié - prendre une route qu'il aurait oublié.

kaze il fait un peu marque sous la chair -
kaze il fait un peu pluie grise après tempête -

kaze il déploie comme un picotement sous les ongles, dans les nerfs, sur le coeur endormi - reiko qui se remet à plonger dans l'hilarité, bourré, toujours mieux que conscient de ses agissements.

- si j'continue, j'pense qu'une vieille va s'réveiller et me balancer son balais sur la gueule.

puisqu'il faut se dire qu'un beau jour, l'avenir a cessé de lui apprendre comment rire.

- - - - ☆ - - - -

livin' on a prayer -- si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichijō Kaze

東京住人

avatar : jeon jungkook.
multi : //
crédits : queenshady.
messages : 408
date d'inscription : 16/11/2017



âge : vingt-deux ans que le feu brûle, le même incandescent qui traverse les veines.
métier : petit prodige aux doigts de sang qui explosent les cordes & qui composent les mots qui font penser ; qui font s'aimer ; qui font hurler. (guitariste des tokyo b a n s h e e s)
les amours : cœur bien trop maladroit, qui ne demande qu'à savoir aimer - qu'à être aimé.
quartier : //


lose yourself -- kaze Empty
MessageSujet: Re: lose yourself -- kaze   lose yourself -- kaze EmptySam 23 Déc - 19:41

lose yourself

aucune notion du temps et de l'espace, les pas traînent de traviole sur le bitume et ses yeux dilatés le lâchent histoire de fausser compagnie à l'équilibre approximatif ; parce que reiko est intenable, et reiko s'amuse à passer d'un côté de la rue encombrée à un autre, et il bouge tellement que kaze n'arrive pas à suivre, la vague impression qu'il réussit l'exploit de se téléporter qui se transforme en admiration furtive. reiko le magicien, ça sonne pas trop mal. il sourit.

(n'importe quoi.)

ses mains glacées viennent finalement se fourrer dans les poches de son sweat - sans grand espoir de les sentir se réchauffer vue la température extérieure, mais c'est davantage devenu un automatisme quand il oublie chez lui les gants que nomi lui a offerts - le sourire béat qui veut pas se tirer, qui compte peut-être rester sur la face alourdie par les verres pour le restant de la nuit. et l'autre qui attire de nouveau son attention, qui se prend tout à coup pour quelqu'un capable de faire quelque chose de cohérent. il se marre un peu kaze, l'encourage à continuer.

- “j'te jure ce que tu veux qu'tu touches même pas la poubelle, baka.” vision trouble, esprit sonné, mais pas assez pour penser qu'il l'est moins que lui. et l'envie de le retenir quand il prend son élan, le guitariste qui s'imagine peut-être qu'il va s'envoler avec la bouteille aux teintes d'émeraude – puis le rire cristallin qui raisonne quand l'échec se fait entrevoir, les genoux qui lâcheraient presque tant la situation l'achève & libère ses épaules des poids qui le maintiennent habituellement sur la planète bleue.

(et -
et ça fait un bien fou.
pas vrai ?)

ils reprennent leur ascension dans la ville aux mille néons, la même qui ne dort jamais – kaze qui rattrape l'ami douteux pour se poser à ses côtés, toujours, qui hausse finalement les épaules.

- “tu pourrais même pas l'éviter.” affirme-t-il, clame-t-il, parce qu'il réussit encore à se pommer dans ses iris quand il jette un coup d'oeil dans sa direction. se demande vaguement ce qui cogite, là-haut. si y'a des trucs pas très beaux, pas très joyeux. et ses yeux dérivent vers un ailleurs plus insouciant quand il voit les branches nues qui dépassent un peu de la clôture, un peu plus loin. - “oh ! dude, je veux faire de la balançoire. allons faire de la balançoire. allez bouge ! ” impose-t-il plus qu'il ne propose, le doigt accusateur qui pointe vers le parc qui a déjà accueilli bon nombre de leurs fugues improvisées – les bras qui poussent le dos vers l'endroit désiré.

et les pommettes relevées, l'allure de gamin.



- - - - ☆ - - - -

take a sad song
and make it better



Dernière édition par Ichijō Kaze le Jeu 15 Fév - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kita Reiko

kaze's property

avatar : kunpimook bhuwakul.
multi : kohaku de la rivière, shiki dans les jardins.
crédits : oursblanc. ♡
messages : 637
date d'inscription : 16/11/2017

lose yourself -- kaze DimwittedForkedCow-max-1mb

âge : 22 ans.
métier : leader, chanteur et second guitariste des tokyo banshees.
les amours : invariables - chantier coupable.
quartier : shi-buya.


lose yourself -- kaze Empty
MessageSujet: Re: lose yourself -- kaze   lose yourself -- kaze EmptyMar 26 Déc - 17:03


lose yourself -- et courir après les esprits c'est bien aussi - et courir même après les constellations, si au moins il se donnait la peine de sauter assez haut. et juste courir après le vide - qui n'en est pas vraiment, ou seulement celui entre deux doigts. et plus penser, et laisser aller, laisser valser le sang dans les veines, se propager dans le corps tout entier - entamant une mélodie battante, conséquente, permettant au coeur de se gonfler d'un espoir hilare. parce qu'il rit reiko, il rit comme si c'était le dernier jour de sa vie - il rit comme si elle en dépendait, comme si avant respirer, il avait pu apprendre à se fendre la gueule en deux jusqu'à ce qu'elle s'efface dans l'ombre. et ça bâche et ça frappe, et il l'accepte même, prêt à tendre la joue si ça permettait à l'autre de se sentir mieux - à pas reprendre exemple sur son père kaze, juste accuser le monde entier de lui avoir refourgué le nom des ichijō. il se fait tirer, il se fait embarquer - à ne même plus sentir ses jambes qui pourraient tout d'un coup juste complètement lâcher, l'alcool continuant sa montée spectaculaire dans le coin de son crâne où les couleurs s'activent, se mélangent, une infâme peinture surréaliste qui aurait sa place dans les déchets. reiko, reiko à l'inspiration profonde qui sent la brûlure de l'air lui lacérer la trachée - ça fait étrangement du bien, ça réveille des sens endormis, qu'il invente avec des mots qui se babillent.

soupir acide qui lui fait retrousser le bout du nez - un océan de bouteilles à l'intérieur de son estomac, à tout juste arriver à analyser les mots qui viennent se perdre dans ses tympans. kaze qui veut faire de la balançoire. les bras qui s'étirent, la chute qui menace - mais reiko qui se rattrape à un poteau avant de prendre la direction du bitume.
- de la balançoire... ouaaaaaais. su-per. t'es pas assez high c'est ça ? parce que ça fera jamais vraiment monté jusqu'à la lune - parce que ça suffira pas totalement. à enchaîner les pétards, les rails, les verres, voire les injections. c'est toujours trop faux - alors faut que ce soit littéral, faut que ça percute comme un lendemain de cuite, une gueule de bois phénoménale. et reiko, reiko il se laisse mollement tomber sur une des deux balançoires - les jambes qui perdent déjà la gravité.
- j'peux éviter c'que j'veux...
tête qui se hoche, enfant qui s'approuve dans sa bêtise.
- c'que j'veuuuuuuuuuuuuuuuux.

et ça commence - et ça balance, pas encore prêt à affronter le tourniquet à peine plus loin qui lui fait de l'oeil, l'appelant de ses barres en fer pour lui offrir une horrible vomissure sur la chemise.
- t'as déjà essayé de faire le tour entier ? genre - on t'pousse assez fort pour que fiouuuuuh - il illustre le propos de ses mains - même si ça ressemble plus à du rien. moi nan, j'ai toujours cru qu'ta peau allait se retourner si tu f'sais ça genre ça t'inverse touuuuut.

- - - - ☆ - - - -

livin' on a prayer -- si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichijō Kaze

東京住人

avatar : jeon jungkook.
multi : //
crédits : queenshady.
messages : 408
date d'inscription : 16/11/2017



âge : vingt-deux ans que le feu brûle, le même incandescent qui traverse les veines.
métier : petit prodige aux doigts de sang qui explosent les cordes & qui composent les mots qui font penser ; qui font s'aimer ; qui font hurler. (guitariste des tokyo b a n s h e e s)
les amours : cœur bien trop maladroit, qui ne demande qu'à savoir aimer - qu'à être aimé.
quartier : //


lose yourself -- kaze Empty
MessageSujet: Re: lose yourself -- kaze   lose yourself -- kaze EmptyJeu 15 Fév - 20:31

lose yourself

l'attente est interminable. celle d'un ailleurs assez grand pour les accueillir tous les deux, espèce de bulle qu'ils pourraient percer une fois qu'ils en auraient plus besoin – le pique d'un sourire, l'aiguille d'un rire.

(l'alcool vaillant, l'alcool trompeur qui fout un coup de pied aux tracas et qui lui tapote le dos en disant que ce soir, c'est son soir.)

pas avant. pas sans qu'ils ne l'aient décidé ; mais en attendant il se contente de courir, de sauter au-dessus de la clôture rouillée comme s'il s'agissait d'un nuage. kaze ne sent pas ses muscles se tendre, kaze ne sent plus ses jambes qui se balancent, fixent vaguement les étoiles dans le ciel avec les pupilles qui brillent. comme s'il pouvait les toucher par la pensée, comme si le simple fait de se concentrer à fond dessus les ferait descendre un peu. le rire du clown le ramène à la terre ferme et il enjambe ce qui reste d'obstacle entre lui, eux, & son attraction quémandée ; sans se faire mal, atterrissage maîtrisé tandis que l'acolyte l'imite avec difficulté.

il renifle un peu – le froid qui l'assaille. finalement, il vient poser son derrière sur le siège pas fameux, le regard toujours vers le haut, qui manque de le faire basculer vers l'arrière quand il cherche à tout voir, plus à entrevoir. il les compte, ricane dans un moment de lucidité parce qu'il sait que c'est pas possible. puis il gratte le sol en se reculant – cherche à se balancer doucement puis, plus fort, toujours plus loin en espérant pouvoir au moins frôler les précieuses.

il se sent fusée.

- “ça fait plutôt ça, look.” à faire tourner ses doigts, l'impression que son geste est plus maîtrisé, plus proche de la réalité augmentée. - “ouais, ouais, c'est cool de ouf.” à reporter son attention sur l'autre – pas oublié, non, juste mis à l'écart pour quelques pensées. - “tu veux essayer ?”



- - - - ☆ - - - -

take a sad song
and make it better

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kita Reiko

kaze's property

avatar : kunpimook bhuwakul.
multi : kohaku de la rivière, shiki dans les jardins.
crédits : oursblanc. ♡
messages : 637
date d'inscription : 16/11/2017

lose yourself -- kaze DimwittedForkedCow-max-1mb

âge : 22 ans.
métier : leader, chanteur et second guitariste des tokyo banshees.
les amours : invariables - chantier coupable.
quartier : shi-buya.


lose yourself -- kaze Empty
MessageSujet: Re: lose yourself -- kaze   lose yourself -- kaze EmptyMer 14 Mar - 12:21


lose yourself -- avoir la gueule dans le cirage, les premiers temps, ça fait comme une seconde peau, comme une seconde vie, comme un panel gigantesque de possibilités qui sont plus à réfuter parce que vieillesse ou parce qu'être incapable. reiko il peut ce soir, reiko il peut sauter d'un immeuble, il peut courir après une jolie fille ou encore dessiner un manga s'il le souhaite - c'est qu'une fois réveillé, dans son pieu, qu'il se rendra compte que le talent c'est pas inné chez tous. alors reiko il se visualise à faire des tournées dans le monde, à emmener ses gars sur les planches, à les faire danser comme jamais ils danseront, à faire naître une fierté affolante dans leurs côtes. il veut être adulé reiko - il veut être aimé reiko. il veut être des tas de choses reiko - et ce soir son coeur est tellement enflé qu'il a la sensation qu'il va juste éclater comme un ballon de baudruche face à une aiguille. il reste sur la balançoire, bouge des pieds à se fixer un point d'horizon - qui pourtant change à chaque seconde. il écoute à peine kaze qui montre avec ses doigts comment se passe un retournement de soi en faisant un tour complet - il se marre, serre un peu plus entre ses doigts les chaînes, même s'il les sent à peine.
- woah kaze, t'aurais dû faire dans la physique et dans les sciences ouais, t'aurais révolutionné l'monde avec - aveeeec la théorie d'la balançoire du parc de - j'sais pluuus. les épaules se haussent vainement, elles sont molles, inexistantes et pour peu qu'il puisse encore marcher, reiko il a l'impression d'être une tête volante. véritablement dans la lune. il envisage l'idée de faire un tour, hochant la tête pour dire qu'il annonce le top. et il va haut.
de plus en plus haut,
de plus en plus haut, de plus
en plus
en plus
haut
haut
haut

jusqu'à ce que ça tourne dans sa tête et qu'il freine en salissant plus encore ses pompes de terre, il baisse la tête, cherche son air, ricanant pour se donner fière allure.
- that was not a good idea dude. il racle le fond de sa gorge, redoute que les bières remontent à vitesse incontrôlée. en arrière il préfère se laisser tomber, son dos butant avec violence contre le sol, foutue gravité, les mollets toujours posées sur le cul de la balançoire.
- ma vie. j'te jure. ma vie. a défilé d'vant mes yeux.
un temps.
- viens, l'monde est plus coooool d'en baaaas.

- - - - ☆ - - - -

livin' on a prayer -- si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



lose yourself -- kaze Empty
MessageSujet: Re: lose yourself -- kaze   lose yourself -- kaze Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
lose yourself -- kaze
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelles aquisitions 2010 pour Kaze
» kaze fête noël
» Interview avec Kaye Wiggs de Kaze Kidz sur BJDmagazine
» Can't Lose
» [Shônen] Kaze

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
raining in tokyo ☆  :: tokyo -- 東京 :: minato :: roppongi-
Sauter vers: