AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RIT a ouvert ses portes, bienvenue à vous les choux. :coucou:
des bisous d'amour sur vous les petits chats, on vous aime.
venez participer au festival umematsuri pour le plaisir ! :squish:

Partagez | 
 

 dangerous rain (lian hua)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zhao Aidan

東京住人

avatar : im changkyun - i.m
multi : none
crédits : dawn & tumblr
messages : 90
date d'inscription : 01/12/2017



fichelienstelinstapokédex


âge : vingt-quatre ans.
métier : danseur dans un crew populaire sur les sns (sparkling monsters) ; mécano dans un garage à bunkyô.
les amours : baby don't go, you gotta hold me tight.
quartier : shibuya.


MessageSujet: dangerous rain (lian hua)   Dim 3 Déc - 21:52



Pluie diluvienne qui le prend au dépourvu et une seule rempart pour l'éviter : la capuche d'un sweat trop grand. Ils ont tous des parapluies autour de lui et il se maudit de ne pas avoir regardé les prévisions météos, mais il n'y avait pas de nuage ce matin, ni même après et il pense plutôt à un complot des Dieux contre lui. L'après-midi touche bientôt à sa fin et il veut juste rentrer, mais son quartier est trop loin. Trop loin pour le remonter à pieds sous ce temps, alors il s'est glissé sous le premier abri potable qu'il a trouvé. Il peste contre cette eau qui s'est infiltrée dans ses manches, qu'il secoue comme un dératé et contre cette capuche qu'il retire pour mieux respirer – quel temps de chien et un juron passe ses lèvres, peint d'une langue étrangère, peu familière – fuck this shit.

Dans ses oreilles, un morceau qui l’a rendu sourd à ce qui l’entoure et de ce fait, aveugle aussi. Say you won’t let go et son regard accroche la silhouette qui se tient à ses côtés, un peu surpris, un peu confus. Malchanceux qui s’abrite aussi d’un ciel pleureur et l’esquisse d’un sourire se dessine sur les lèvres du sino-canadien avant qu’il ne remette tout en place, car ce visage, il le connaît. Un peu, pas beaucoup. Des œillades lorsqu’il entre dans le konbini, des politesses lorsqu’il s’arrête à la caisse et ce n’est jamais plus qu’une routine. Comme ce même serveur qu’on croisera toujours dans notre café préféré ou ce même chauffeur de bus aux heures les plus sombres et paisibles – un visage familièrement inconnu. « Hey. » Une tentative peut-être vaine d’amorcer quelque chose, comme si cet abri lui donne une raison valable de parler. Pas de barrière ici, ils ne sont que deux malchanceux.

La musique s’arrête et il range ses écouteurs en fouillant les poches arrière de son jean pour en sortir un paquet froissé. Il n’attend pas le bus, juste que la pluie s’arrête et la patience n’est pas dans ses points forts. Il aurait pu rester de son côté et espérer que les secondes passent plus vite, mais il ne peut ignorer l’étincelle qui s’est animée en lui à la vue du garçon. Une certaine curiosité qu’il aurait assouvie un jour ou l’autre, mais il est plus simple de parler en terrain neutre. Il sourit avant de glisser une clope entre ses lèvres, tige empoisonnée dont il ne s’est toujours pas détourné, mais qui l’apaise lorsqu’il devient nerveux. La pluie l’a rendu nerveux, hâtif et si ce n’est pour la compagnie inattendue auquel il a droit ce soir, il aurait sûrement rangé ses sourires. « Sale temps, hein ? Tu rentrais chez toi ? » Il n’en devient pas moins con par contre. Si le garçon lui est facile à reconnaître, la réciproque ne se vérifie peut-être pas ; tu n’es pas le seul à visiter le konbini, Aidan. Il hausse les épaules. Ils sont coincés ici pour quelques temps, un quart d’heure peut-être plus, ou moins sauf si l’autre préfère s’enfuir. Il comprendrait, il y a des jours où lui non plus n’a pas envie de parler.

Un nuage de fumée plus tard, il pose de nouveau les yeux sur le jeune homme, patient. Patient, comme s’il avait le choix de toutes façons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okita Lian Hua

東京住人

avatar : xu minghao - the8 (svt)
multi : iouri bb
crédits : calypsie :3
messages : 146
date d'inscription : 01/12/2017


H A N A ❀ T H E M A
my heart likes to start fights with the inside of my ribs where everyone loses




ID CARDCONTACTS
PHONEINSTAGRAM
(POKEDEX)


© mugen:
 


âge : vingt automnes et d'autres encore en sursis.
métier : étudiant en anthropologie & ethnologie (deuxième année) & de nombreux jobs étudiants à son actif (chez un fleuriste en semaine, au konbini le soir et une partie de la nuit, dans un restaurant huppé le weekend)
les amours : coeur seul, coeur à prendre, coeur offert.
quartier : shinjuku la belle, la grande, la dualité.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Lun 4 Déc - 11:34

aidan x lian hua
dangerous rain


Il pleuvait. Trop. Tellement. Assez pour qu’il se retrouve trempé sans rien y comprendre. Assez pour qu’il regrette de ne pas avoir pris de parapluie ou encore un vrai manteau et non pas la fine veste qu’il avait sur les épaules. Il était tout bonnement gelé et bien loin de pouvoir rentrer chez lui. En dessous de la devanture d’un magasin, il n’avait même pas réussi à atteindre son arrêt de bus, et vu ce qui continuait de tomber ce n’était même pas la peine qu’il s’aventure de nouveau sous la pluie diluvienne. Il n’était pourtant pas loin, juste un peu plus à gauche dans la rue. Et bondé de monde. Il allait tomber malade en rien de deux, et vu son état ce n’était clairement pas conseillé. Il avait déjà assez de dépenses médicales à prendre en compte pour rajouter un passage à l’hôpital pour un coup de froid. Dire qu’il avait cru qu’entre son travail à la boutique de fleurs et celui au konbini il aurait le temps de rentrer de prendre un bon bain chaud et de manger avec sa mère … Douce erreur. Ce n’était même pas comme s’il pouvait la prévenir. Elle ne répondrait sans doute pas au téléphone fixe s’il appelait, et elle n’avait pas de portable … Lian Hua n’était même pas sûr qu’elle se rende compte de son absence plus longue que prévue. Aujourd’hui n’était pas un bon jour pour elle, et il n’avait pas pu tirer un mot d’elle. Pas un. Et dans un soupir l’étudiant se demandait toujours combien de temps cela durerait encore.

Soupir qui se transforma en sursaut quand quelqu’un se retrouva sous la même devanture que lui, tout aussi trempé par ailleurs. Se décalant de quelques pas, politesse oblige, il aurait bien voulu lui offrir un sourire contrit. Sauf que l’autre jeune homme ne le voyait pas, plus occupé à observer les dégâts de la plus sur son sweat, et que de son côté il avait un masque pour le protéger d’une quelconque bactérie qui pourrait l’infecter. Il avait promis à son docteur, une gentille femme qui le suivait depuis qu’il avait huit ans, de faire des efforts et de porter des masques pour se protéger le visage quand le temps n’était pas clément, ou quand il sentait la fatigue le prendre. Comme maintenant. Mais au final son regard croisa celui de l’inconnu, et même avec le morceau de tissu couvrant le bas de son visage, il ne put s’empêcher de lui sourire, ses yeux se plissant dans des croissants de lune. Il le connaissait. Il faisait parti de ces clients réguliers dans le konbini dans lequel il travaillait. Il faisait parti de ce ballet nocturne qu’il regardait sans trop y prendre part, échangeant juste des salutations, des bonnes soirées, ou des bonnes nuits à demi-mot dans la tranquillité de la nuit. « Hey. » Mouvement de main en retour, le regard de Lian Hua avait glissé du garçon vers la pluie qui vraiment ne comptait pas cesser. Et ce fut presque à regret qu’il retira sa veste, finissant en tee-shirt malgré le froid. Mais elle était trempée, et il commençait à sentir l’eau s’infiltrer, le glaçant jusqu’aux os. Tenant sa veste à bout de doigts, un air dépité au visage, des frissons le parcourant, il sursauta en entendant la voix de l’autre garçon.

« Sale temps, hein ? Tu rentrais chez toi ?
- Ah oui … Je travaille pas avant vingt-trois … Je pensais me reposer un peu. »
C’était raté. Aussi bien pour le repos, que pour le bain chaud et pour le repas qu’il comptait préparer. Raté. Et ce fut presque machinalement qu’il s’éloigna un peu plus, deux pas, lorsque l’autre garçon alluma sa cigarette. Il n’avait rien contre les gens qui fumaient, il ne supportait juste pas la fumée des cylindres de nicotine. Ou plutôt son corps ne le supportait pas. Glissant de nouveau son regard du garçon à ses côté à son sac à ses pieds, il eut un soupir. Il n’était même pas sûr Lian Hua qu’il y ait quoi que ce soit à sauver à l’intérieur. « Et … toi ? » Hésitation sur le tutoiement, mais l’inconnu, sans doute plus âgé que lui avait commencé alors bon.


AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Okita Lian Hua le Jeu 14 Déc - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zhao Aidan

東京住人

avatar : im changkyun - i.m
multi : none
crédits : dawn & tumblr
messages : 90
date d'inscription : 01/12/2017



fichelienstelinstapokédex


âge : vingt-quatre ans.
métier : danseur dans un crew populaire sur les sns (sparkling monsters) ; mécano dans un garage à bunkyô.
les amours : baby don't go, you gotta hold me tight.
quartier : shibuya.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Jeu 14 Déc - 21:02



Shibuya n'est pourtant pas si p'tit, mais il a fallu que ce soit la même devanture, le même abris que ces deux-là ont choisi. Un signe et le plus grand sourit, pour une fois il remerciera la pluie. Il se dit que ça aurait pu être pire, surtout lorsqu'il voit l'autre bouger et se démener pour retirer la fine veste qui le protégeait. Pourquoi ? Aidan veut s'approcher, protester, mais il ne le connaît pas et son mouvement de recul le met en garde – reste à ta place, mec. Il regarde devant lui, mais la pluie octroie sa vision et il ne voit pas plus loin que le bord de la route. « Tu vis loin ? Un aller-retour, ça vaut vraiment l'coup ? Tu vas attraper froid. » Il ne vit pas trop loin d'ici lui, mais ils ne se connaissent pas. Est-ce un argument qui l'arrêtera ? Il tourne la tête pour recracher la fumée comme s'il a deviné, que c'est ce qui l'a dérangé.

« Hm oui, j'rentrais. » Il n'y a que quelques pâtés de maisons qui le séparent de son salon et d'un bon bol de ramens pour le réchauffer. Et finalement, il comprend que l'employé du konbini l'a reconnu aussi ; quel intérêt aurait-il eu à lui préciser l'heure à laquelle il travaillera ce soir ? Et même si ce n'est pas le cas, ses réponses l'ont déjà rendu trop confiant. Il jette sa cigarette entamée de moitié et l'écrase sous son pied, car elle l'entrave et il fait déjà un pas de côté vers le plus jeune vers qui il se penche un peu, pour être sûr qu'il l'entende. « On s'est déjà vu, mais tu le sais déjà. » Il s'amuse Aidan, il guette les réactions de son compagnon d'infortune avec qui il risque d'être coincé un moment.

Le sino-canadien est sociable à sa manière puis, il n'aime pas trop la vision qui s'offre devant lui. Le sac à leurs pieds a l'air inondé et c'est bientôt la chair de poule qui couvrira ses bras fins s'il reste en t-shirt sous ce temps. « Ah ! Tu me donnes froid et j'ai rien pour toi, là. » Lui aussi a laissé son manteau chez lui comme un idiot, alors que l'hiver est bientôt là et que le temps s'est considérablement rafraîchi. Il se tourne vers le jeune homme et lui attrape un bras qu'il frictionne gentiment. « On peut aller dans cette boutique ? Il y fera plus chaud, le temps que ça se calme. Tu me suis ? Pas moyen que j'te laisse partir comme ça, no way! You’ll catch your death! » Quand il n'a pas les expressions en japonais, le naturel revient aux portes et il n'y a même pas fait attention. Il ne fait que pointer la boutique de vêtements du doigt, à deux pas de là même si pour ça, ils devront se prendre une petite rincée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okita Lian Hua

東京住人

avatar : xu minghao - the8 (svt)
multi : iouri bb
crédits : calypsie :3
messages : 146
date d'inscription : 01/12/2017


H A N A ❀ T H E M A
my heart likes to start fights with the inside of my ribs where everyone loses




ID CARDCONTACTS
PHONEINSTAGRAM
(POKEDEX)


© mugen:
 


âge : vingt automnes et d'autres encore en sursis.
métier : étudiant en anthropologie & ethnologie (deuxième année) & de nombreux jobs étudiants à son actif (chez un fleuriste en semaine, au konbini le soir et une partie de la nuit, dans un restaurant huppé le weekend)
les amours : coeur seul, coeur à prendre, coeur offert.
quartier : shinjuku la belle, la grande, la dualité.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Ven 15 Déc - 20:08

aidan x lian hua
dangerous rain


La coïncidence était étrange mais pas malvenue. Non. Quitte à parler à quelqu’un sous la pluie, autant que ce soit avec quelqu’un qu’il connaissait un minimum. Même s’il ne pouvait pas se targuer de connaître le garçon à ses côtés. Pas vraiment non. A part sa signature quand il payait par carte, et quelques mots échangés au konbini, il n’avait pas grand chose sur lui. De son côté, il en savait déjà plus sur Lian Hua. Son travail, ses horaires, et un nom. Pas forcément le bon, sur son tablier, bien souvent il était écrit Hana, il faisait avec ce caractère tiré de son prénom mais abimé, tailladé pour rentrer dans la normalité japonaise. La normalité japonaise dont ses traits pourtant si proches ne collaient pas. Il ne collait pas à la société japonaise et pourtant il vivait sur le sol de l’archipel depuis sa naissance. On se rappelait plus souvent de lui pour son côté chinois, son accent qui revenait parfois quand il était horriblement fatigué ou encore ses traits qui vraiment avait quelque chose qui ne collait pas avec l’idéal japonais actuel et un nom qu’on ne savait prononcer. Lian Hua. Hana pour la plupart, sauf certains. Sauf ceux qui avaient fait l’effort.

« Tu vis loin ? Un aller-retour, ça vaut vraiment l'coup ? Tu vas attraper froid. L’attention du garçon était sympathique. Et sur le coup Lian Hua en venait tout de même à se demander si ça valait vraiment le coup de retourner chez lui. Il avait juste voulu se reposer à la base. Parler un peu à sa mère. Forcer les mots plutôt, essayer d’avoir son attention. Il avait juste voulu pouvoir passer un peu de temps chez lui.
- J’habite à Shinjuku, j’en ai pour vingt minutes tout au plus … Tant pis j’imagine. » Sa veste toujours à bout de bras, de doigts qui gouttait au sol, il remit d’un geste habituel son masque un peu mieux sur son visage un « merci » murmuré quand le garçon recracha sa fumée non pas vers lui, mais de l’autre côté, conscient de son trouble.

« Hm oui, j'rentrais. » Avait-il répondu à sa question, lui arrachant un sourire. Ni lui, ni l’autre jeune homme n’étaient prêts de rentrer vu la pluie qui semblait continuer de tomber, allant même jusqu’à se faire plus insistante. Vraiment pas prêts de rentrer. Un soupire contre la pluie entre ses lèvres masquées par le masque, ses yeux s’écarquillèrent en le voyant écraser sa cigarette. Il avait déjà la bouche ouverte pour répliquer que ça ne le dérangeait pas, mais au final Lian Hua resta muet. Si ça se trouve ça ne le concernait pas, autant ne pas se sentir responsable de tout. « On s'est déjà vu, mais tu le sais déjà. » Un léger rire entre ses lèvres, il se tourna machinalement vers l’homme avant de s’incliner poliment pour se présenter un minimum.
« Oui. Je m’appelle Okita Lian Hua, tu peux m’appeler Hana si tu veux. » Triste habitude à détruire à son tour son propre prénom, mais il savait que quoi qu’il arrive, les intonations chinoises seraient dures pour n’importe quelle personne étrangère à la langue.

« Ah ! Tu me donnes froid et j'ai rien pour toi, là. » L’exclamation l’avait surpris mais sans doute pas autant que cette main lui frictionnant le bras à sa plus grande surprise. S’il était de base très tactile, avec son entourage proche bien sûr, bien souvent c’était lui qui initiait les contacts et non l’inverse. « On peut aller dans cette boutique ? Il y fera plus chaud, le temps que ça se calme. Tu me suis ? Pas moyen que j'te laisse partir comme ça, no way! You’ll catch your death!
- Américain ? »
La question lui avait échappé des lèvres sans qu’il ne puisse l’arrêter et presque gêné de celle-ci, Lian Hua termina par détourner les yeux, pour se pointer sur la boutique que l’autre pointait du doigt à peine plus loin. C’était sans doute mieux que rien. Il pourrait peut-être même voir pour s’acheter un manteau un peu plus chaud que sa veste d’ailleurs. « Okay. » Récupérant son sac en bandoulière pour le passer à son épaule, une grimace quand celui-ci toucha sa cuisse, sa veste sur son bras, lui arrachant une autre grimace quant à l’humidité du tissu, il attrapa la main du garçon avant de l’entrainer sous la pluie jusqu’au magasin. Ce n’était sans doute pas la meilleure idée de sa vie de courir aussi vite, sous la pluie, mais au moins ils étaient à l’abri. Même s’il était quasiment accroupi, ses mains sur ses genoux, le souffle court, la tête lui tournant un peu. Ça passerait. Ça passait toujours.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zhao Aidan

東京住人

avatar : im changkyun - i.m
multi : none
crédits : dawn & tumblr
messages : 90
date d'inscription : 01/12/2017



fichelienstelinstapokédex


âge : vingt-quatre ans.
métier : danseur dans un crew populaire sur les sns (sparkling monsters) ; mécano dans un garage à bunkyô.
les amours : baby don't go, you gotta hold me tight.
quartier : shibuya.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Mar 9 Jan - 21:05



Shinjuku. Il réfléchit et secoue la tête par objection, mais il se doute que le garçon doit maudire le temps en cet instant. A sa place, il rêverait de mettre les pieds au chaud, auprès de ses parents sûrement ou en tout cas, se reposer dans un endroit rassurant et confortable avant d’aller travailler. Il a de la peine pour lui et ses agissements n’aident pas à taire son empathie, elle la renforce même. La douceur de ce garçon l’attire depuis quelques temps, il est devenu curieux au fil des jours, mais il s’est toujours contenté du konbini, de sourires et de politesses comme s’il se levait le droit d’aller plus loin. Si ça se trouve, ils n’ont rien en commun et le canadien pense déjà qu’ils appartiennent à deux mondes différents. L’innocence l’auréole, la fragilité aussi et finalement, ce ne sont que ces apparences qui le séduisent. Cependant, l’occasion est trop belle pour qu’il ne la laisse passer et Aidan se rapproche, joue les mystérieux un peu lourds peut-être, car le garçon lui confirme qu’il le reconnaît et il ne peut empêcher son sourire de creuser ses joues, plutôt content. « Lian Hua ? » Qu’il répète avec surprise et dans une prononciation quasi parfaite. C’est dommage qu’il ne puisse pas vraiment le garder, s’adapter pour faciliter la tâche aux japonais, mais il tient à vérifier tout de même qu’il n’a pas de chinois que son prénom. C’est donc dans sa langue maternelle qu’il se présente. « Je m’appelle Zhao Aidan, tu as un joli nom. Lian Hua, ça m’ira très bien. » Téméraire, il verra bien si ses mots ont été compris.

C’est bien joli de faire connaissance et de discuter, mais la pluie fait toujours rage et le plus frêle tremble toujours sous l’air froid, alors Aidan prend les devants et n’hésite pas à franchir la barrière du contact physique pour aider son camarade. Il ne réalise pas avoir parlé anglais avant que Lian Hua ne le lui fasse remarquer et sa question l’arrête dans ses gestes quelques secondes. C’est une question simple, oui ou non, mais Aidan réfléchit et sourit de plus bel quand l’autre détourne les yeux. « How cute. » Il faut qu’il arrête, sérieusement. « Canadien. » Répond-il finalement avant qu’ils ne regardent tous deux vers la boutique en jaugeant leur chance de ne pas finir complètement trempés. Il était prêt à le laisser passer devant, mais sa main est faite prisonnière et ça le surprend un peu, assez pour qu’il se laisse guider en silence jusqu’à ce qu’un toit plus solide les abrite.

La chaleur le quitte aussitôt la main relâchée et il salue rapidement l’employée qui les regarde avec de gros yeux, il s’excuse aussi pour l’irruption et surtout pour l’eau qu’ils ont ramenée, même s’ils sont toujours devant l’entrée. A ce propos, il se tourne pour guetter l’état de son nouvel ami et l’inquiétude barre ses traits lorsqu’il le voit accroupi à tenter de reprendre son souffle. « Hé, ça va ? Attends, ne bouge pas. » Il se retourne pour courir jusqu’au rayon des manteaux où il reste quelques minutes, le temps de trouver ce qu’il cherche et de revenir auprès du japonais. Il ne fait rien de plus que déposer un manteau en fausse fourrure sur ses épaules et glisser ses doigts entre ses mèches trempés. « Tu te sens mal ? Tu veux t’asseoir ? C’était stupide d’enlever ta veste. » Il ne le dit pas avec reproche, surtout en constatant l’état de son sac humide et il compare même la chaleur de son front avec le sien, pour s’assurer qu’il n’ait pas de fièvre. Rassuré de ce côté, il choisit alors de le taquiner. « Pas du genre sportif, hein ? » Le japonais a l’air au bord du malaise, mais Aidan ne sait que faire d’autres à part l’aider à se relever, alors il attrape son bras puis sa taille dans l’espoir que ses jambes ne cèdent pas.

« Excusez-moi… messieurs ? Pour le manteau… » Ah, oui. Ils sont dans une boutique, pas à la croix rouge. « Oh, il fait juste des essayages ! » Et c’est en riant que le canadien les emmène dans le bon rayon pour disparaître de la vue de ces enquiquineuses. « Tu devrais… t’en prendre un, pour après. » Il lui faut passer une main dans ses propres cheveux pour se rendre compte qu’il n’est pas mieux loti que le plus jeune. Dans la précipitation, il a oublié de rabattra sa capuche. « T’aurais pu tenter. » Dit-il soudain et il fouille entre les manteaux pour se prétendre occupé. « De rentrer et te mettre au chaud. Pourquoi rester avec un type que tu ne connais pas ? Je pourrais être dangereux. » Il pourrait, il l’est peut-être déjà, mais dans un sens que lui seul peut comprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okita Lian Hua

東京住人

avatar : xu minghao - the8 (svt)
multi : iouri bb
crédits : calypsie :3
messages : 146
date d'inscription : 01/12/2017


H A N A ❀ T H E M A
my heart likes to start fights with the inside of my ribs where everyone loses




ID CARDCONTACTS
PHONEINSTAGRAM
(POKEDEX)


© mugen:
 


âge : vingt automnes et d'autres encore en sursis.
métier : étudiant en anthropologie & ethnologie (deuxième année) & de nombreux jobs étudiants à son actif (chez un fleuriste en semaine, au konbini le soir et une partie de la nuit, dans un restaurant huppé le weekend)
les amours : coeur seul, coeur à prendre, coeur offert.
quartier : shinjuku la belle, la grande, la dualité.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Lun 22 Jan - 16:15

aidan x lian hua
dangerous rain


Ce n’était pas si loin Shinjuku, une fois dans le bus il en avait pour une demi-heure grand maximum. Ce n’était pas si loin, mais il savait que son corps était traître. Il savait que rien que le fait d’attendre sous la pluie n’était pas bon pour lui. Mais il avait été surpris par celle-ci et avait fini sous le portail d’un bâtiment, n’arrivant même pas jusqu’à l’abri de bus déjà fort rempli au bout de la rue. Le mal était fait de toute façon. Sa veste était trempée, son sac également, il ne voulait pas penser à la tête de ses cours, et il préférait être gelé plutôt que de garder sa veste sur lui. À croire que ça n’allait pas à son compagnon d’infortune vu que celui-ci s’était mis en tête de le réchauffer un minimum en lui frictionnant les bras. Non pas qu’il s’en plaignait Lian Hua. Il était juste gêné de déranger autant, comme toujours. Indépendant autant que possible il avait appris très jeune, trop, à s’occuper de lui à être le plus indépendant, débrouillard possible. Et à toujours garder la tête haute. Et le sourire aussi. Alors tandis qu’il se présentait, son nom coulant de ses lèvres pour être relégué par Hana, celui que tous employaient depuis toujours ou presque avec lui, il fut surpris de la réponse de l’autre garçon. « Lian Hua ? » La prononciation avait été parfaite, les tonalités de son nom respectées, et l’impression d’entendre la même douceur que dans la voix de sa mère, les jours où elle était lucide et qu’elle l’appelait.

« Je m’appelle Zhao Aidan, tu as un joli nom. Lian Hua, ça m’ira très bien. » Oh … Plus qu’américain comme il l’avait laissé supposé le rouge aux joues, Aidan semblait avoir lui aussi des origines chinoises. La question était alors de savoir ce qu’il faisait au Japon, mais il avait bien trop de retenu pour la poser. Rien que la question sur son côté américain avait été de trop à ses yeux. « How cute. » C’est bon, il devait être aussi rouge qu’une tomate ce qui devait contraster avec la couleur pâle de sa peau. Bien plus pâle qu’elle n’aurait du l’être. « Canadien. » La rectification enregistrée, et mémorisée, il avait jeté un regard à la boutique qu’il avait montré plus loin et dont la lumière illuminait un bout du trottoir toujours sous la pluie diluvienne. C’était toujours mieux que leur abri de fortune. Alors Lian Hua n’hésita pas, sa main glissant dans celle d’Aidan après avoir remis son sac à l’épaule, sa veste sous le bras, il avait couru. Droit jusqu’au magasin. Droit jusqu’à cet endroit sec. Droit jusqu’à son souffle court et le mécontentement de son corps. Il n’aurait pas du courir. Le souffle court, accroupi au sol, il maudissait intérieurement sa propre faiblesse. Il avait la tête qui tournait Lian Hua, et l’impression qu’il allait vomir s’il se relevait. Non vraiment être accroupi au sol c’était parfait. Puis ça passerait. Ça passait toujours.

« Hé, ça va ? Attends, ne bouge pas. » Pas comme s’il pouvait aller quelque part dans cet état. Hochant néanmoins la tête, il tenta de son côté de reprendre son souffle comme il pouvait. Comme la plupart des exercices de respiration qu’il avait lors de ses examens à l’hôpital et qu’on lui demandait de produire un effort pour voir comment réagissait son corps. Ce n’était pas une situation qui lui était inconnue, il pouvait le faire. Il fut pourtant agréablement surpris par le manteau sur ses épaules. Et sans doute plus encore par cette main dans ses cheveux trempés, Lian Hua suivant le mouvement comme l’aurait fait un chat. « Tu te sens mal ? Tu veux t’asseoir ? C’était stupide d’enlever ta veste.
- Ça va passer … »
Et sans doute qu’il aurait pu être plus convainquant si sa voix n’avait pas paru si faible. Mais la main sur sont front avait du convaincre Aidan, il n’avait pas de fièvre non. Juste le souffle court et sa tension artérielle qui avait joué au yoyo alors qu’elle aurait du s’abstenir.
« Pas du genre sportif, hein ? » Hochement de tête négatif, même s’il aurait voulu s’écouter et se relever sans l’aide de personne, fierté oblige, et cette volonté de dédramatiser son diabète, Lian Hua se laissa pourtant relever par le bras, puis stabiliser par la taille. Ses mains se posant sur les épaules du Canadien, ce fut un air gêné au visage qu’il le remercia d’une petite voix.

Et il aurait pu rester longtemps encore, ses yeux plantés dans ceux d’Aidan si un raclement de gorge et une petite voix ne l’avait pas fait sursauter. « Excusez-moi… messieurs ? Pour le manteau… » Encore un peu pâle, sa tête lui tournant toujours, il donna néanmoins son attention à la vendeuse essayant de concevoir ce qu’elle leur voulait. « Oh, il fait juste des essayages ! » Essayages … Ah le manteau sur ses épaules. Se laissant entrainer dans le bon rayon, celui des manteaux, Lian Hua se conforta dans l'étreinte d'Aidan, celui-ci l'aidant à tenir debout. « Tu devrais… t’en prendre un, pour après. » Hochant d’un signe de tête, ce fut d’une main un peu tremblante, mais des couleurs enfin revenues au niveau de ses joues qu’il tâtonna les manteaux. Certes ils seraient mieux que sa veste fine, mais clairement le prix le rebutait assez. Assez pour qu’il tire une grimace, comptant mentalement combien d’heures supplémentaires il devrait faire, sans doute au restaurant le weekend, Jude refuserait qu’il vienne plus au konbini, il lui faudrait pour rentrer dans ses frais. « T’aurais pu tenter. » Sursaut. Son attention était de nouveau sur Aidan, comme un aimant. « De rentrer et te mettre au chaud. Pourquoi rester avec un type que tu ne connais pas ? Je pourrais être dangereux.
- Ah … J’aurais pu … C’est vrai … Mais comme tu l’as vu … Trente secondes sous la pluie et … »
Mon corps m’abandonne. «  Puis tu n’es pas dangereux … Non ? J’ai un radar pour ça d’après Jude, tu sais celle qui travaille avec moi au konbini. Elle dit que je remarque tout de suite si quelqu’un m’est nocif … » Léger rire, son regard dévia du jeune homme sur les manteaux. Pour dire vrai il appréciait celui qu’il avait sur ses épaules, mais le prix le refroidissait allégrement. « Combien de temps avant qu’on nous jette dehors parce qu’on achète rien ? » Sourire doux et rire nerveux. Il n’avait pas envie de retourner sous la pluie.


AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Okita Lian Hua le Dim 4 Fév - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zhao Aidan

東京住人

avatar : im changkyun - i.m
multi : none
crédits : dawn & tumblr
messages : 90
date d'inscription : 01/12/2017



fichelienstelinstapokédex


âge : vingt-quatre ans.
métier : danseur dans un crew populaire sur les sns (sparkling monsters) ; mécano dans un garage à bunkyô.
les amours : baby don't go, you gotta hold me tight.
quartier : shibuya.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Mar 30 Jan - 21:57



Ça ne fait pas plus d’un quart d’heure, mais le voilà déjà fichu pour il ne sait combien de temps. Si ce jeune homme attirait déjà son regard au konbini, il ne sait pas comment qualifier l’évolution de ses pensées envers lui. Lian Hua. Il ne pensait pas qu’un nom pouvait autant correspondre à son porteur avant ce soir, avant cet échange à première vue formelle qui est pourtant loin de le laisser indifférent. Attiré comme un aimant et un pas après l’autre, il s’approche du plus jeune avec l’intention égoïste de le faire rester plus longtemps alors qu’un bus s’arrête à quelques mètres – le sien peut-être, ou peut-être pas étant donné son absence de réaction. Le canadien ne laisse pas la conversation mourir non plus et pour mieux saisir sa chance, il propose de s’abriter dans une boutique tout en laissant le choix final au plus jeune. Il n’est qu’à moitié surpris de le voir si confiant en acceptant sa proposition et plutôt content de passer plus de temps en sa compagnie.

Ce qu’il n’a pas vu venir, c’est l’état de fatigue dans lequel la course a mis Lian Hua qui s’accroupit pour reprendre son souffle. Aidan pense juste à des lacunes physiques ou la pluie qui aurait pu lui faire du mal, en le rendant malade, mais malgré la simplicité de ses hypothèses il ne peut s’empêcher d’être inquiet. Il aurait presque envie de le soulever dans ses bras pour l’emmener à l’écart – il est certain d’y arriver, chétif comme il est – mais ce ne serait pas très correct, même s’ils en savent un peu plus sur l’autre à présent. « ça va passer … » Il en doute, mais il fait de son mieux pour que ce soit le cas. Il l’aide à se relever et laisse ses mains s’égarer au plus bas de son dos, une seconde de trop ou peut-être deux, un sourire de vainqueur collé aux lèvres et leurs regards qui se perdent un instant. Ce qu’il n’a pas vu venir Aidan, c’est l’histoire que Lian Hua cache dans ses yeux – d’un marron clair avec une légère touche de vert – et qui anime son cœur jusqu’à lors toujours endormi, léthargique et habitué à ses jeux de charmes répétés, mais pas aujourd’hui. Ce soir il se fait entendre, il résonne contre sa poitrine et c’est trop tard, c’est fichu, car désormais il veut tout connaître de ce garçon.

« ah … j’aurais pu … c’est vrai … mais comme tu l’as vu … trente secondes sous la pluie et … » Il hoche la tête, compréhensif. Puis, il enchaîne sur une certitude qui le prend par surprise et le fait rire, sincèrement touché et un peu plus inquiet encore, parce qu’il ne sait plus comment reculer. Il a l’air trop gentil pour ce monde et ça ne fait que le rendre encore plus mignon, quelle galère. « Un radar hein, j’espère qu’elle a raison. Jude est une chouette fille. » Il lui parle quelquefois, surtout depuis qu’elle connaît son crew, mais peut-être qu’ils auront bientôt ce quelqu’un en commun sur qui bavarder plus longtemps. « combien de temps avant qu’on nous jette dehors parce qu’on achète rien ? » Il sourit et se glisse à ses côtés pour regarder le prix sur l’étiquette du manteau, forçant leur proximité pour la deuxième fois en cinq minutes. « Tu devrais avoir un radar à décisions stupides, ça m’inquiéterait un peu moins. » Deux fois qu’il le traite de stupide, indirectement. « Tu n’aurais pas oublié le tien ce matin. » Un clin d’œil et il le prend par la main avec une délicatesse qui l’effraierait presque. Il lui laisse le choix, même si son attitude a tout du forceur quand il les emmène dans un autre rayon.

Il ne lâche juste pas sa main en arrivant, ses yeux attirés par les pulls et autres sweatshirts présents. « On a le droit de rester jusqu’à la fermeture, mais on va espérer que la pluie s’arrête avant. » Et qu’ils fassent plus qu’une boutique ensemble, parce qu’il doute de le lâcher jusqu’à ce qu’il commence son boulot. Où aurait-il en attendant, s’il ne rentre plus chez lui ? Errer et risquer de tomber sur une personne moins sympa que lui, ou justement plus ? Non non. « T’es étudiant, non ? Dans quoi ? Je suis danseur et je … comment on dit ça. Je fais de la musique, composition ? But none is my job. » Ah, il y a ce naturel qui revient à chaque fois qu’il galère et parce qu’il a l’habitude de l’anglais avec la moitié de son crew. Il s’excuse à mi-voix et s’intéresse aux vêtements. Les prix sont raisonnables, pour lui et il a une idée plus qu’insensée qui le suit depuis quelques minutes. Depuis quand il fait attention, Aidan ? Depuis quand réfléchit-il avant de sauter à pieds joint ? Il est parfois un peu fou, un peu trop, ou pas assez, tout dépend des adjectifs que l’on choisit.

« Ça tombe bien, j’en voulais un nouveau. » Il repère un sweat à capuche noir avec les mots ‘live too fast’ gravé à l’arrière, assez classe de son point de vue et c’est donc au milieu du rayon qu’il retire celui qu’il porte sur le dos. Il ne fait pas assez froid ici pour que ses bras nus le dérangent. « Ça te tiendra chaud jusqu’à ce que tu trouves mieux et ça ne te coûte rien. » Dit-il alors qu’il lui tend son pull. « Rien, si ce n’est la promesse de se revoir pour me le rendre. Pas au konbini, ce serait trop simple. » C’est un sourire un peu plus joueur, narquois qu’il offre au garçon avant de remettre son t-shirt et ses cheveux en place, damn.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okita Lian Hua

東京住人

avatar : xu minghao - the8 (svt)
multi : iouri bb
crédits : calypsie :3
messages : 146
date d'inscription : 01/12/2017


H A N A ❀ T H E M A
my heart likes to start fights with the inside of my ribs where everyone loses




ID CARDCONTACTS
PHONEINSTAGRAM
(POKEDEX)


© mugen:
 


âge : vingt automnes et d'autres encore en sursis.
métier : étudiant en anthropologie & ethnologie (deuxième année) & de nombreux jobs étudiants à son actif (chez un fleuriste en semaine, au konbini le soir et une partie de la nuit, dans un restaurant huppé le weekend)
les amours : coeur seul, coeur à prendre, coeur offert.
quartier : shinjuku la belle, la grande, la dualité.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Dim 11 Fév - 15:44

aidan x lian hua
dangerous rain


Ce n’était pas un mauvais début de soirée. Une autre fois, il aurait pu le dire. S’il s’était retrouvé seul, s’il n’avait pas eu quelqu’un pour lui tenir compagnie. Mais pas aujourd’hui. Non. Ce n’était pas un si mauvais début de soirée. Malgré la pluie. Malgré son bus qui n’arrivait pas. Malgré sa soirée au chaud chez lui qui était devenu un doux rêve. Non ça allait. Parce qu’il y avait eu Aidan à ses côtés, non pas américain comme il aurait pu le penser, mais canadien. Avec assez d’origines chinoises pour lui parler en mandarin et le faire sourire. Il lui en fallait peu à l’étudiant au final. Juste son nom bien prononcé, pas écorché, et il souriait, rayonnant. Acceptant ses gestes, ses attentions dans le but de le réchauffer, de le mettre à l’abri de l’eau, de le connaître. Lian Hua il était tactile. Toujours dans l’empathie, toujours ses mains tendues vers les autres, son cœur offert, et son amitié à qui la voulait. Juste pas tout le temps qu’il aurait voulu avoir. Juste pas assez pour se consacrer aux autres, et un ballet incessant de gens de passage parce qu’il n’avait pas su les retenir. Il ne savait pas retenir les gens Lian Hua. Il avait trop sur le cœur, un peu trop. Trop pour arriver à s’occuper des autres comme il le voudrait.

Trop comme ce diabète. Ce diabète qui le mettait mal, tordait ses organes, son corps, lui donnant le souffle court et une fatigue dont il se serait bien passé. Ce diabète qui le laissait faible alors qu’il faisait tout pour oublier. Lançant des ‘je vais bien’ tout le temps ou presque. Assurant des ‘ça va passer’ comme maintenant pour ne pas inquiéter plus que nécessaire. Parce que ça irait. Il était maître de son corps. Ça irait. Oui. Toujours. Et il en était la preuve. Maîtrisant ses tremblements, maîtrisant son cœur erratique, maîtrisant ses sourires, et changeant de sujet habilement. Le prix des manteaux. Pour cacher ses yeux encore un peu humides. Pour cacher ses mains qui semblaient encore hésitantes. Pour cacher ses gestes faibles aussi. Changement de sujet habile, touche de malice, et cette histoire de radar. Il n’avait pas de radar Lian Hua. Il ne voyait pas les mauvaises personnes. Pensait qu’il y avait du bien dans tout le monde. Il n’avait pas de radar Lian Hua, et un jour il finirait blessé. Mais pas aujourd’hui. « Un radar hein, j’espère qu’elle a raison. Jude est une chouette fille. » Jude était une chouette fille, oui. Et il était bien heureux de l’avoir dans sa vie. C’était elle son radar à mauvaises personnes. Elle qui avec son côté un peu brusque le menaçait dès qu’il faisait quelque chose de travers.

Le manteau revenu sur le tapis, il laissa Aidan se glisser derrière lui, décalant sa tête un instant tandis qu’il lui montrait le prix du manteau qu’il lui avait choisi dès le départ. Gestes innocents de la part de Lian Hua qui ne savaient pas ce que cette proximité pouvait déclencher chez le sino-canadien. « Tu devrais avoir un radar à décisions stupides, ça m’inquiéterait un peu moins. Tu n’aurais pas oublié le tien ce matin. » La tête tournée vers lui, il avait eu la décence de rougir sous le sous-entendu de sa phrase. Vu sa condition, sans doute que oui il n’aurait pas du oublier son manteau au matin, ou penser qu’il n’en aurait pas besoin en cette fin d’automne. C’était idiot de sa part oui. Et il en avait d’autres des décisions stupides. On lui en parlait souvent d’ailleurs, lui demandant d’y penser plus sérieusement. Juste travailler moins. Mais c’était difficile. Parce qu’il fallait qu’il s’occupe de sa mère, qu’il paye ses dépenses médicales, qu’il paye le loyer, qu’il ait de quoi vivre. Alors il travaillait, au détriment de son corps, au détriment des regards déçus des autres qui le jugeaient. « Et toi quel est ton excuse ? Tu as le sang chaud ? » Léger sourire. Il était peut-être habitué au froid s’il avait vécu au Canada. Il ne savait rien d’Aidan, il ne savait pas s’il n’avait pas vécu au Japon déjà dix ans pour parler aussi bien le japonais ou seulement un an est être un génie. Il ne savait rien de lui, et pourtant avait envie de le connaître.

« On a le droit de rester jusqu’à la fermeture, mais on va espérer que la pluie s’arrête avant. » Sa main dans la sienne, il l’avait suivi dans un rayon de pull et autres, l’écoutant parler, avec attention, à peine conscient que naturellement, il s’était mis à jouer avec les doigts entre les siens. Il le faisait souvent. Reizo était sa victime principale, mais il avait cette tendance à jouer avec la main des autres, dès qu’on lui tenait la main. « T’es étudiant, non ? Dans quoi ? Je suis danseur et je … comment on dit ça. Je fais de la musique, composition ? But none is my job.
- Anthropologie de mon côté. »
Un léger sourire aux lèvres quant à ce retour d’anglais dans les mots de l’autre garçon, ce fut tout naturellement que Lian Hua passa du japonais au mandarin, sans doute que ça serait plus facile pour lui. « J’étudie l’anthropologie donc, et à côté j’enchaine les petits boulots … Rien d’impressionnant mais bon … Je ne sais pas encore ce que je veux faire plus tard, des idées de ton côté ? » Malgré le changement de langue, la douceur dans la voix du sino-japonais était toujours présente. Il y avait une touche de tristesse aussi, comme souvent. Dès qu’il s’agissait de parler de l’avenir. Parce qu’il avait certes tendance à fermer les yeux sur son diabète, il restait néanmoins lucide. Son corps était une bombe à retardement.

« Ça tombe bien, j’en voulais un nouveau. » Attirant de nouveau son attention sur Aidan et le vêtement dont il parlait, il le laissa récupérer sa main le temps d’enlever son sweat. Sans aucun doute pour essayer le nouveau. Il ne s’attendait juste pas à se retrouver avec celui du garçon dans les bras Lian Hua. « Ça te tiendra chaud jusqu’à ce que tu trouves mieux et ça ne te coûte rien. » La bouche déjà ouverte, prêt à répliquer qu’il n’avait pas à lui laisser son pull, ils ne se connaissaient pas véritablement après tout, il fut tout bonnement surpris par la suite des paroles du garçon. « Rien, si ce n’est la promesse de se revoir pour me le rendre. Pas au konbini, ce serait trop simple. » Rougissant face au sourire d’Aidan, mais également ses mots. Il le demandait tout de même en rendez-vous de ce qu’il comprenait, il enfila le pull qu’il avait entre les bras pour cacher son visage rouge. Une fois le vêtement passé, un peu grand sur sa stature frêle, ses mains bien cachées dans les manches, il osa poser son regard sur le canadien.

« Est-ce … que … c’est un rendez-vous ? » bredouilla-t-il de nouveau en japonais, son chinois ayant sans aucun doute fuit sans lui. « … Tu veux … sortir … avec moi ? Enfin je veux dire … Je suis pas … Et tu … Tu ? » Encore plus rouge qu’au début de sa phrase, il termina par cacher son visage dans le col du pull, se demandant s’il pouvait disparaître pour agir de manière aussi stupide.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zhao Aidan

東京住人

avatar : im changkyun - i.m
multi : none
crédits : dawn & tumblr
messages : 90
date d'inscription : 01/12/2017



fichelienstelinstapokédex


âge : vingt-quatre ans.
métier : danseur dans un crew populaire sur les sns (sparkling monsters) ; mécano dans un garage à bunkyô.
les amours : baby don't go, you gotta hold me tight.
quartier : shibuya.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Mer 14 Fév - 23:47



Il va trop vite Aidan, il ne fait pas attention à ses mots et ses gestes. Il va trop vite et se laisse guider par ses émotions, l’adrénaline du moment et les charmes d’un garçon qui le frappent un peu trop fort. Il se surprend à vouloir retrouver leur proximité et le serrer un peu plus dans ses bras, juste pour voir à quel point leur carrure est grossièrement opposée, juste pour constater de sa fragilité… mais la tester l’y ferait succomber sans possibilité de retour en arrière et il s’y refuse. Il se connaît trop bien et si Jude a réellement raison sur ce radar, alors celui-ci ne peut être que défaillant ce soir – la pluie ? Peut-être. Lian Hua pourrait être en train de tomber malade et tout ce qu’il trouve à faire, c’est lui reprocher son côté tête en l’air. « et toi quel est ton excuse ? tu as le sang chaud ? » La répartie le surprend et c’est accompagné d’un sourire en coin qu’il lui répond : « peut-être. » C’est même certain, tous sous-entendus confondus.

Ils ne se connaissent pas et pourtant la tendresse est devenue le mot d’ordre de cette rencontre, des gestes inquiets du plus vieux jusqu’aux caresses du plus jeune sur sa main, aussi bienvenues que dérangeantes. Aidan aurait dû lâcher prise, sa conscience le lui crie depuis le premier contact. Puis la réponse du japonais le rend perplexe, ses sourcils haussés en essayant de comprendre … et sur le coup un peu gêné de devoir lui demander de répéter, mais quand la suite arrive en mandarin, son visage se détend. Perspicace, ce jeune. « Wow et ne le prends pas mal, mais je te pensais plus dans l’art ou la littérature. » Aie, si cliché. « Tu as encore le temps d’y réfléchir, ça viendra, ne t’en fais pas. » Il retient aussi qu’il a plusieurs petits boulots … en plus du konbini ? Il laisse ces réponses pour une prochaine fois en lui donnant les siennes. Son avenir est aussi bien tracé qu’imprévisible, car il ne se ferme aucune porte et qu’au fond, il ne sait même pas s’il vivra au Japon toute sa vie. « Je travaille dans un garage, les études sont loin derrière moi, mais si j’avais le choix je consacrerais ma vie à la musique. Composer, écrire et danser. J’fais déjà tout ça, mais à petite échelle. J’te montrerai si tu veux … » il laisse filer sa réponse tandis qu’une idée le traverse et qu’il décide de prêter son pull à l’étudiant.

« est-ce … que … c’est un rendez-vous ? » Très perspicace, décidément. « … tu veux … sortir … avec moi ? enfin je veux dire … je suis pas … et tu … tu ? » Son cœur pour sûr vient de rater un battement, ou deux et il se mord la lèvre devant la confusion du plus jeune. Son visage coloré et à demi caché dans le col de son propre sweat le rend si faible qu’il se maudit d’avoir été si bête. Il voudrait se donner une claque pour agir avec autant d’impulsivité et après de longues secondes de silence, il soupire en s’approchant du garçon. « You make things so difficult, boy. Why’re you like this ? Why … » Aidan ne sort pas avec les gens. Aidan ne touche pas innocemment. Il prend et jette ensuite, Aidan n’aime pas aisément. Aidan blesse, écorche et ment. Aidan n’est toujours qu’un amant.

Il s’arrête devant lui et sourit tendrement, ajuste le pull sur ses épaules et laisse juste ses mains là. « C’est un rendez-vous, si tu veux que ça le soit. » Dommage que ses lèvres soient cachées, ou plutôt tant mieux. « You’re not …what, attracted to boys? Sorry, I didn’t mean to be that touchy. » Il le taquine, mais s’il l’a vraiment gêné de cette manière, alors ses excuses sont sincères. Lui répondre en anglais, c'est un peu fuir ou espérer qu'il comprenne ses faiblesses à moitié. Il finir par s’éloigner avec son même sourire taquin en brisant ce moment, devenu trop dangereux à ses yeux. Il se dirige vers les caisses pour payer son nouveau pull, après quoi il peut l’enfiler et constater que la pluie s’est un peu calmée dehors. Quand Lian Hua le rejoint, il lui désigne la sortie. « Faisons les choses dans l’ordre, lil’ boy et apprenons à nous connaître. » Un pas après l’autre, mais Aidan est en réalité assez effrayé à l’idée.

Il est allé trop vite, il n’a pas fait attention à ses mots ni à ses gestes. Il s’est laissé guider par ses émotions et le voilà bien embêté, de s’être laissé charmer. Lian Hua n’est pas comme les autres. Il y a cette sensibilité en plus, quelque chose qui l’attire comme un papillon de nuit vers la lumière … où il finit par se brûler les ailes et se blesser bêtement – on pourrait le soigner qu’il reviendrait constamment s’y coller. Il aurait dû s’en aller, tourner les talons et le laisser attendre seul sous cet abri. Il aurait dû être cruel cette fois-là, pour ne pas le devenir bien plus après.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okita Lian Hua

東京住人

avatar : xu minghao - the8 (svt)
multi : iouri bb
crédits : calypsie :3
messages : 146
date d'inscription : 01/12/2017


H A N A ❀ T H E M A
my heart likes to start fights with the inside of my ribs where everyone loses




ID CARDCONTACTS
PHONEINSTAGRAM
(POKEDEX)


© mugen:
 


âge : vingt automnes et d'autres encore en sursis.
métier : étudiant en anthropologie & ethnologie (deuxième année) & de nombreux jobs étudiants à son actif (chez un fleuriste en semaine, au konbini le soir et une partie de la nuit, dans un restaurant huppé le weekend)
les amours : coeur seul, coeur à prendre, coeur offert.
quartier : shinjuku la belle, la grande, la dualité.


MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   Jeu 15 Fév - 20:10

aidan x lian hua
dangerous rain


Il s’attachait facilement Lian Hua. Des sourires, des attentions. Et son cœur d’enfant était conquis. Il s’attachait facilement. Des discussions, des mots échangés, des gestes, et il s’offrait. Amitié, cœur offert même plus. Il était de ceux qui s’abimait le cœur à aimer trop vite, trop facilement. À aimer en sachant bien qu’il ne savait pas tenir des relations. Amicales, amoureuses, il ne savait pas les tenir. Bien souvent elles étaient vouées à l’échec. Parce qu’il n’avait pas le temps. Parce que les sentiments finissaient toujours par se noyer, s’étioler, disparaître. Ceux des autres. Pas les siens hélas. Alors ce n’était pas étonnant. Il s’attachait Lian Hua. Il s’attachait à Aidan. Comment ne pas s’attacher. La discussion était facile, comme naturelle. Comment ne pas s’attacher, Aidan avait tout pour plaire. L’humour facile, l’inquiétude au fond des yeux, ce côté tactile. Il s’attachait Lian Hua. Sans doute trop vite mais il s’attachait. Assez pour rire, assez pour laisser aller sa répartie, souriant quant à sa réponse, ignorant presque tout des sous-entendus qu’il y avait dans ses mots. Assez pour parler de ses études, sourire quant à son air perdu quand au mot ‘anthropologie’, reprenant en mandarin, appréciant de pouvoir échanger avec quelqu’un dans la langue de sa mère, celle qu’elle lui avait enseignée malgré son état qui se détériorait.  

« Wow et ne le prends pas mal, mais je te pensais plus dans l’art ou la littérature.
- Les gens me fascinent. »
L’aveu est léger, presque aérien, tandis que Lian Hua ne s’offusquait pas de la remarque de où on aurait pu le voir. Il avait souvent pensé aller en littérature, mais sa passion pour les autres l’avait emporté. Il voulait comprendre les hommes, il voulait comprendre les sociétés, les cultures.
« Tu as encore le temps d’y réfléchir, ça viendra, ne t’en fais pas. » Sourire. Il ne parlait pas souvent d’avenir, refusait de se projeter. Pas avec son corps, pas avec son diabète bien trop développé. Pas avec ses reins capricieux. Pas avec sa tension folle. Pas avec ce corps qui était une bombe à retardement. Non. Alors sans pour autant répondre à la remarque d’Aidan sur le fait qu’il avait le temps, sans doute pas, il lui avait demandé ce qu’il faisait, voulait faire, reportant l’attention sur le canadien plutôt que sur son futur flou. « Je travaille dans un garage, les études sont loin derrière moi, mais si j’avais le choix je consacrerais ma vie à la musique. Composer, écrire et danser. J’fais déjà tout ça, mais à petite échelle. J’te montrerai si tu veux …
- Pourquoi pas. »


Et ça aurait pu s’arrêter là. Sauf qu’il lui avait donné son pull, l’aidant à l’enfiler. Sauf qu’il lui proposait de le lui rendre, sans pour autant que ça soit dans un konbini. Alors les joues rouges, vraiment, la voix tremblante, il lui avait demandé si c’était un rendez-vous. S’il voulait sortir avec lui. Parce qu’il n’était pas sûr de lui Lian Hua. Une tendance à se descendre, à se rabaisser, à se sous-estimer. Pas forcément assez bien. Pas forcément mauvais non plus. Juste une banalité rassurante. « You make things so difficult, boy. Why’re you like this ? Why … » De l’anglais. Et les joues de Lian Hua encore plus rouge. De l’anglais. Qu’il comprenait. Et cette façon de lui parler. De l’anglais, et ses mains sur ses épaules. « C’est un rendez-vous, si tu veux que ça le soit. » Il voudrait dire oui, s’emballer. Il voudrait dire oui, profiter comme on lui dit toujours de faire. Mais les mots se bloquent dans sa gorge et il cache un peu plus son visage dans le sweat, papillonnant juste des yeux délicatement, son regard ne quittant pas Aidan. « You’re not …what, attracted to boys? Sorry, I didn’t mean to be that touchy. » Il a un mouvement de tête négatif, sa voix perdue, ses idées un peu bousculées. Mais déjà Aidan s’éloignait pour payer son pull, tandis que de son côté il récupérait son sac et sa veste qu’il avait posée par dessus. L’instant était rompu. La magie disparue. Et ils n’étaient plus que deux connaissances se tournant autour sans trop savoir quoi vouloir.


« Faisons les choses dans l’ordre, lil’ boy et apprenons à nous connaître.
- Okay … »
Dehors la pluie n’avait plus rien de diluvien. Il pleuvait juste un peu. Et son arrêt de bus était vide. Sourire. Il se hissait sur la pointe des pieds pour déposer ses lèvres contre sa joue. Sourire doux. « I don’t mind boys … but I prefer a real man ya know. » Clin d’œil. Plus embarrassé qu’autre chose. Et un nouveau sourire tandis qu’il quittait l’abris de la porte du magasin. « La prochaine fois au konbini demande-moi mon numéro ! Byebye ! » Geste de main, et il fuyait presque Lian Hua. Courrait vers l’arrêt de bus pour monter dans le sien, un dernier signe de la main pour le canadien. Et les joues rouges. Enflammées. Un peu comme son cœur. Un peu comme sa respiration. Et cette question de savoir si ça valait le coup. Si Aidan comme tant d’autres n’allait pas juste trouver au final qu’il n’en valait pas la peine. Il ne voulait pas savoir.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: dangerous rain (lian hua)   

Revenir en haut Aller en bas
 
dangerous rain (lian hua)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wolf's Rain
» [Fleischer, Léonore] Rain Man
» After the rain
» [Lien] I'm Siiiiiinnnging in the rain
» Bi Rain- Busan Lady

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
raining in tokyo ☆  :: tokyo -- 東京 :: shibuya :: autres lieux-
Sauter vers: