AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RIT a ouvert ses portes, bienvenue à vous les choux. :coucou:
des bisous d'amour sur vous les petits chats, on vous aime.
venez participer au festival umematsuri pour le plaisir ! :squish:

Partagez | 
 

 what will it be tonight? (w/ buddies)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zhao Aidan

東京住人

avatar : im changkyun - i.m
multi : none
crédits : dawn & tumblr
messages : 90
date d'inscription : 01/12/2017



fichelienstelinstapokédex


âge : vingt-quatre ans.
métier : danseur dans un crew populaire sur les sns (sparkling monsters) ; mécano dans un garage à bunkyô.
les amours : baby don't go, you gotta hold me tight.
quartier : shibuya.


MessageSujet: what will it be tonight? (w/ buddies)   Mer 10 Jan - 23:54



Il arrive le premier sur place, mais il sait qu’il ne restera pas seul très longtemps parce qu'ils ont convenu de se retrouver ici ce soir. Pas tous, mais à deux ou trois ça sera déjà suffisant pour Aidan qui n'avait aucun plan en ce samedi soir. Il revient d'une journée trop longue et pourtant, ils n'ont eu qu'un seul client au garage, sans compter les deux bolides en attente qui devaient être prêts pour lundi. Il n'est frustré que parce qu'il n'a pas encore pu s'occuper de sa moto – et parce qu'il s'est pincé les doigts plusieurs fois, mais les pansements sont là pour ça. Vingt heures. Il a spammé les sms de Koji pour savoir s’il viendrait, puis avec un tas d’emojis ensuite juste pour l’emmerder et le forcer à mettre le silencieux – ou lui répondre, au mieux. Quant à Effy, il s'est contenté d'un seul message qui ne lui a pas trop laissé le choix et étant donné l'absence de réponse, il a pris ça pour un oui. Qui ne dit rien consent après tout, mais pour l’heure, il est seul.

Il soupire et dépose un sac plastique sur la table, des trucs qu’il a ramené du sushis shop du coin, entre makis, tempuras et yakitoris, pour ceux qui auraient une petite faim. En faisant le tour du loft, il ne perd pas de temps pour allumer les enceintes et y connecter son téléphone pour s’occuper de l’ambiance parce que hé, premier arrivé premier servi, non ? C’est un morceau de sa collection personnelle qui passe avec à la suite, quelques titres aléatoires de tous horizons. Après avoir baissé les stores et entrouvert une fenêtre, il décide de s’affaler sur le canapé et de s’en griller une, le temps qu’un des membres passe le pas de l’entrée. Ils n'ont pas choisi le loft le plus grand, ni le plus coûteux, mais il y a tout de même deux mezzanines aménagées quand ils veulent y crécher – et le canapé pour les perdants.

Ici, Aidan y a son matériel de composition et montage, en plus de quelques affaires qui débordaient dans son petit appart'. Ils y ont tous laissé des parties d'eux, de leur passion et de leur travail.. mais aussi de leur vie. Quand Aidan se sent seul, il vient ici peu importe qu'il n'y ait personne, car cet endroit lui suffit. Ce loft est un nid à souvenirs, de cadres photos en trophées de concours jusqu'aux cadeaux reçus par leurs abonnés. C'est chez lui ici, même si certains jours, ça crie pus que ça ne rie. La pression, les hauts et les bas, mais le soutien avant tout et le réconfort après l'effort. Il a trouvé sa seconde famille il y a trois ans et il n'est pas prêt de la lâcher.

Il n'entend pas la porte, hors de sa vue et dans sa maladresse, il fait tomber sa clope entre les coussins, « fuck! » qu'il jure à mi-voix.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Likharev Iouri

東京住人

avatar : cha hakyeon (n - vixx)
crédits : whistle'
messages : 29
date d'inscription : 14/01/2018

âge : vingt-trois ans.
métier : mannequin (ancien danseur de ballet)

MessageSujet: Re: what will it be tonight? (w/ buddies)   Jeu 25 Jan - 20:16



Son téléphone avait sonné, une fois, deux fois, plus, avec insistance dans son sac. Il pouvait l’entendre d’ici. Mais Iouri le dédaignait tandis qu’il terminait de nouveau la chorégraphie d’un solo d’un des ballets qu’il avait l’habitude de danser avant. C’était bien loin de ce qu’il dansait avec son crew, avec Aidan, Effy ou encore Koji, mais c’était quelque chose qu’il n’avait pas pu s’enlever. Assez pour reprendre de nouveau la position de départ, la télécommande dans sa main relançant le morceau, alors que son corps criait grâce. Il était impitoyable contre son corps Iouri, intraitable aussi. Il avait des habitudes, des gestes, des rituels. Il avait ses exigences, ce goût de l’excellence aux bords des lèvres et un peu un corps traitre aussi. Trop. De ce corps gracieux, mais brisé. De ces gestes élégants, mais arrêtés. De cette impuissance qui lui laissait un coup amer tandis qu’il finissait au sol, un regard hargneux sur ses jambes, le poing contre le parquet. Assez pour aujourd’hui. Une douche, et il finirait vite dans son appartement tranquille. Ça aurait pu être un bon programme. Vraiment. Ça aurait pu être un bon programme si en revenant dans les vestiaires, vide, il n’y avait pas eu grand monde aujourd’hui pour danser au soir dans les salles du bâtiment, il ne s’était pas rappelé son téléphone. Extirpant celui-ci de la poche de son sac il secoua tout d’abord la tête en voyant les caractères japonais s’enchainer. Vraiment … Heureusement Aidan avait un minimum d’intelligence pour lui renvoyer un message en anglais par la suite avec de nombreuses excuses.

Non pas qu’il n’allait pas avoir une remarque quand il arriverait au loft. Il aurait pu au moins lui proposer de venir le prendre. Aidan savait pourtant bien que le russe s’entrainer sans exception tous les soirs de la semaine au même endroit. Ses habitudes. Mais le canadien était ingrat. Sourire amusé aux lèvres, il n’avait pas tardé à sortir des studios, vérifiant bien qu’il n’avait aucun shooting dans la matinée le lendemain avant d’attraper son bus, direction le loft qu’il partageait avec les autres membres du groupe de danse. Un peu comme sa véritable maison au final. Iouri n’était pas enfant à avoir eu un véritable foyer depuis de nombreuses années. Il avait des souvenirs du dortoir de l’académie de ballet, d’autres du pensionnat. Trop peu de la maison de sa grand-mère. Et l’appartement qu’il avait sur Tokyo n’avait rien de chaleureux et familial. Il aimait le loft pourtant. Malgré ses cris, malgré son ambiance parfois un peu trop lourde, pour lui qui appréciait le calme. Il aimait le loft. Il les aimait ces danseurs avec qui il s’était lié. Assez pour ricaner en passant la porte et en entendant l’injure entre les lèvres d’Aidan.

« Fuck!
- Tu crames le sofa, tu payes. Ah. Tu dors dedans aussi. »
Il avait un accent Iouri. Un accent mélodieux et un peu dur parfois. Un accent digne des hivers longs et froids de sa Russie natale. Il avait des formulations étranges aussi. Des mélanges de japonais et d’anglais où des mots de russe rêvaient de se mêler. « J’prends la mezzanine cette nuit. Wanna be my cuddle buddy baby ? » Clin d’œil, il enlevait son manteau pour le laisser à l’entrée, se laissant tomber dans le canapé, non sans avoir été chercher une bouteille de San Pellegrino dans le frigo, et poussé Aidan pour qu’il lui laisse de la place, posant ses jambes galbées sur la table. Toujours en tenue de danse, c’était surprenant dès qu’il enlevait son manteau d’hiver de le voir en tee-shirt ample et leggings, des baskets de ville desquelles dépassaient des chaussettes de danse montantes, comme à la mode des lycéennes japonaise. « Effy vient ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kings Effy

東京住人

avatar : jung soojung - krystal.
multi : none.
crédits : ©spring bloom (avatar), © .bizzle (sign).
messages : 126
date d'inscription : 21/12/2017




fiche, liens, phone, insta, poké


âge : 25 yo.
métier : héritière, étudiante en droit, membre d'un groupe de danse (sparkling monsters).
quartier : minato.


MessageSujet: Re: what will it be tonight? (w/ buddies)   Dim 28 Jan - 15:38



Effy y avait mis de son temps et de son cœur pour cette journée. Une de celles qu'elle aimait bien marquer sur son beau calendrier pour s'en souvenir. Une de celles qui méritait qu'on y prête un peu plus attention qu'à l'accoutumée. Si bien qu'à la sortie de l'université, elle n'avait pas attendu plus longtemps pour se rendre chez le pâtissier qu'elle avait engagé une semaine plus tôt, et au vu de l'argent – durement gagné – qu'elle avait dépensé, elle espérait avoir un résultat digne de ce nom. Mais l'on supposa fortement qu'elle fut satisfaite puisque ses traits ne semblaient aucunement froncés lorsqu'elle sortit de la boutique, une boîte blanche dans les bras et l'air un tantinet pressé. Ses pas la conduisirent ensuite vers l'arrêt de bus le plus proche, afin qu'il l'amène à sa destination de la soirée, leur point de rendez-vous. Femme forte, femme robuste, femme délicate, Effy martyrisait ses pieds à courir de la sorte pour rattraper son seul moyen de transport en vue, chaussée de ses incontournables talons. Elle le rata, de peu, mais il était parti avant qu'elle ne puisse l'effleurer. Le souffle court, sa vitesse ayant atteint un point nul et les jambes soudainement flageolantes, la Kings se laissa tomber sur le banc, le gâteau emballé reposant paisiblement sur ses cuisses. Elle aurait pu appeler son chauffeur, celui de la famille, et bien qu'il soit sympathique, elle ne composa pas son numéro. Car cela signifierait utiliser l'argent de son père et Dieu qu'elle n'en voulait pas, elle valait bien mieux que cela.

Dix minutes s'écoulèrent avant que le prochain bus ne passe et qu'elle le prenne, peu mécontente d'arriver à tous les coups la dernière au loft à ce rythme-là, d'autant plus si la circulation n'était pas en sa faveur. Elle se demanda ensuite longuement si elle restera dormir là-bas ce soir. Probablement. Ils n'allaient pas arrêter les festivités de bonne heure, les connaissant. Et elle pouvait se permettre de veiller tard pour cette fois, elle travaillerait ses cours l'après-midi. Pour eux, elle était prête à faire quelques sacrifices, parce qu'ils le méritaient amplement, même cet autre idiot de russe, et d'autant plus si c'était l'anniversaire d'un des leurs. Ils étaient bien les seuls qu'elle pouvait qualifier d'amis, peut-être bien de famille aussi. Elle savait juste qu'ils étaient précieux. Resserrant son emprise sur le gâteau, la jeune femme descendit du bus pour marcher encore quelques mètres avant d'arriver à destination. Et à peine pénétra-t-elle dans le loft, qu'elle se sentit chez elle. Mais ce ne fut qu'en se déchaussant rapidement que son nez détecta une odeur bien particulière. L'odeur de la cigarette. « Zhao Aidan, you punk ! » tempêta-t-elle pour annoncer sa présence. Ce kid osait encore fumer et dans le loft en plus. L'idée de lui balancer le gâteau à la figure lui était venue, mais elle choisit heureusement d'aller promptement le mettre dans le frigo.

Puis elle s'approcha des deux zigotos qui étaient étalés sur le canapé, en profitant pour donner une pichenette à Aidan, la personne du jour. « Enfant incorrigible, la prochaine fois je te les fais bouffer tes cigarettes. » menaça-t-elle avant de s'installer de force entre eux en jouant des coudes. « Oh shit, you're here asshole. I didn't see you. » lança-t-elle ensuite d'un air narquois à l'intention de Iouri. Iouri qui semblait revenir d'un entraînement au vue de sa tenue. Qu'il avait l'air bête, comme toutes les fois où ils se voyaient en soi, et elle aimait le lui rappeler, que ce soit dans son regard ou dans ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tao Koji

東京住人

avatar : Eum Hyuck Jin
crédits : © Calypsie
messages : 19
date d'inscription : 13/12/2017

âge : 22 ans
métier : Etudiant en journalisme

MessageSujet: Re: what will it be tonight? (w/ buddies)   Mer 7 Fév - 10:56



La journée est longue, trop longue. Ennui fatal et total, affalé plus qu’assis, sur ce banc d’amphithéâtre. Les yeux dans le vide. Il n’écoute rien, Koji. Il n’essaye même pas d'écouter, trop occupé qu’il est à surveiller, sur l’écran de son ordinateur, le temps qui passe. Lentement, trop lentement.

Il pourrait sûrement répondre à l’invasion de sms qui malmènent son pauvre téléphone - merci, Aidan - mais le désir d’embêter l’aîné, qui aime bien trop le faire suer, il est plus fort que le besoin désespéré de s’occuper. Et c’est dire beaucoup. Ça t’apprendra, à être une petite chose chiante. Mesquin.

Heure de la libération, enfin sonnée, ce n’est pas le moment de traîner. Depuis le temps qu’il attend d’en avoir fini, avec ce foutu cours de...cours de quoi, d’ailleurs ? Il a déjà oublié, ce n’est pas très sérieux, pas très raisonnable, mais il commence à saturer, avec l’université.

Un passage en vitesse à la supérette la plus proche, deux packs de bière attrapés, pour se faire pardonner son retard, peut-être simplement par envie. Les mouvements sont hâtés, légère impatience chez le japonais, d’être là-bas, avec eux. Ce loft qui ne paye pas de mine, trop bruyant parfois des frasques de ses camarades, il ne pourrait pas l’aimer plus, pourtant.

La cigarette au coin des lèvres - c’est mauvais, Koji le sait, mais pourtant son péché mignon -, il se presse, il ne manquerait plus que le bus ne parte sans lui. Mais tout va bien. Le voilà à temps assis sur l’un des sièges inconfortables. Perdu dans ses pensées, le temps d’un trajet. Dilemme cornélien qui se joue dans son esprit, devrait-il passer la nuit au loft ? Il en a bien envie, mais d’un côté, son arrivée tardive le destine probablement à hériter du canapé. Tant pis, il s’y fera...probablement.

Arrivé à bon port, le voilà qui se hâte d’attraper l’ascenceur, aucune envie de s’embêter à traîner sa charge dans l’escalier. La porte du loft poussée, et déjà à ses oreilles on se chamaille, on discute. C’est animé, c’est toujours animé. Mais tellement familier, cette genre d’agitation est celle qu’il ne peut qu’apprécier. Sourire aux lèvres, bras tendus pour mettre en évidence son pactole, et Koji élève la voix pour se faire entendre.

Hey les vieux ! Vous pouvez arrêter de dépérir, je suis là. Et j’viens pas les mains vides, c’est pour ça que j’suis en retard…en fait, non. Mais on s’en fout. Au passage, Aidan, je sais que tu m'aimes, mais si tu pouvais éviter de faire crasher mon téléphone, la prochaine fois, ce serait cool.

Exagération. Qu'il culpabilise, cet idiot. Un crochet par la cuisine pour déposer les bières au frais, et puis un cancer en tube promptement sorti du paquet, glissé entre les lippes. Un regard provocateur envers Effy.

Moi aussi, je fume, dans le loft en plus, tu vas m’faire quoi ?

Et un rire - et puis, parce qu’il est tout de même sage, Koji, il va se poser à la fenêtre, pour satisfaire ses besoins en nicotine. Regard tout de même tourné vers les deux andouilles installés sur le canapé.



oooops:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: what will it be tonight? (w/ buddies)   

Revenir en haut Aller en bas
 
what will it be tonight? (w/ buddies)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Clip) TONIGHT - Big Bang.
» WWE Brawlin Buddies
» I wanna live, not just survive tonight ~
» Dangerous Tonight.
» [brush buddies] brosses à dents schtroumpfs (USA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
raining in tokyo ☆  :: tokyo -- 東京 :: shibuya :: autres lieux-
Sauter vers: