AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RIT a ouvert ses portes, bienvenue à vous les choux. :coucou:
des bisous d'amour sur vous les petits chats, on vous aime.
venez participer au festival umematsuri pour le plaisir ! :squish:

Partagez | 
 

 vanille fraise - hao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

東京住人

avatar : MELON MIEL
multi : //
crédits : HOODWINK, SELF
messages : 17
date d'inscription : 29/01/2018



âge : VINGT-TROIS
métier : VENDEUSE DANS UN SEX-SHOP/DJ
les amours : AMOUREUSE DU BEAU

MessageSujet: vanille fraise - hao   Lun 5 Fév - 20:55

c'est comme d'habitude, toujours la même habitude qui revient sans que jamais pao ne se lasse. être derrière sa console, c'est un peu comme respirer mieux. c'est comme retrouver l'usage de ses jambes, entendre de nouveau, redécouvrir le monde pour une deuxième fois. il y a toujours cette bonne bouteille d'alcool qui trône en maître à côté d'elle - au début de la soirée, elle se sert toujours du verre et à la fin, ses lèvres vont trouver directement le goulot de l'eau de vie, plus de place pour les petits détails -. c'est comme d'habitude, toujours. les femmes, les hommes, les trans, les non-binaires, les quelques poc qui se mélangent dans ce club où on laisse tomber les conventions, où tout l'monde peut venir comme il a envie. elle l'aime, cet endroit, plus que tout au monde. ils sont si beaux, à s'toucher, à s'embrasser, à danser, à boire à en perdre la tête, à rire aux éclats qui défonceraient le plafond d'leur petit monde secret. c'est en les regardant, des étoiles dans les yeux, qu'elle s'dit que ça doit être ça, le paradis.
mais c'est pas vrai,
elle croyait que c'était ça, l'paradis.
elle y croyait bien fort,
elle l'avait juste pas encore vue,
elle.
elle pose son regard sur une tête aux cheveux noirs pétrole et sa tête se demande quel visage se révélera lorsque l'inconnue tournera son corps pour lui faire face.
entre les spots rouges, bleus, verts et mauves, elle arrive à les distinguer,
ses traits si uniques. son nez un peu en trompette, ses lèvres pulpeuses et ses yeux qui semblent venir d'une autre part d'l'asie que le trois-quart des gens présents dans ce club. pao, elle arrive pas à détacher son regard d'elle.
elle a l'impression que tout son corps va fondre. elle est complètement sidérée. pas le choix, elle gueule à son pote dj d'venir la remplacer - promis,
j'te verse une partie d'mon cachet ce soir et puis deux joints en plus - et elle quitte son podium pour se jeter corps et âme dans la mer de monde.
jusqu'à l'atteindre,
elle.
pakpao l'observe danser. peut-être qu'elle est avec des amies, peut-être qu'elle est toute seule et qu'elle avait juste besoin d'se vider la tête de tout c'qui va pas dans la vie ces derniers temps.
elle pose une main sur son avant-bras, sans violence, avec toute la douceur des fleurs de cerisier au printemps. la divine se tourne, pakpao sent son coeur se déconstruire, dégouliner en punch au fruit rouge électrique. elle pourrait crever là qu'elle aurait aucun regret.
merci mon dieu pour ce regard posé sur elle.

- salut !

qu'elle gueule en s'approchant près d'la jeune femme.

- c'est la première fois qu'tu viens ici ?

pao, c'est l'genre de fille à sortir des pick-up lines un peu con, parce que la plupart de ses amis sont des gars, mais avec l'inconnue, elle a pas envie d'jouer. elle a envie d'tout connaître d'elle.
elle est mystique et ça la découpe en
quatre.
faudra ramasser pakpao à la petite cuillère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

東京住人

avatar : tiffany meia
multi : maya
crédits : venus in furs
messages : 93
date d'inscription : 30/01/2018



âge : 24 yo
métier : le coeur est trop grand et l'argent sent mauvais
les amours : des coups d'coeur à vous en péter les tympans
quartier : bunkyō, délaissée mais pas seule


MessageSujet: Re: vanille fraise - hao   Sam 10 Fév - 21:59

tout l’monde a besoin de ça au moins une fois dans sa vie. besoin des lumières comme des éclairs, qui semblent vous jaillir des yeux, mélanger les couleurs, faire rebondir les corps. corps célestes ou désinvoltes comme des manteaux d’plumes, qui tiennent chaud mais ne voient ni ne parlent, ou alors si, mais juste pour rire et crier. d’la musique à s’en détruire les malheurs, à plus s’entendre penser.
c a t h a r s i s.
et hoa au milieu de tout ça, qui se sait pas chez elle mais se sent si bien. invisible, anodine, comme eux (ceux qui ne saignent pas, sont heureux). là au milieu des gens normaux, entre deux peaux chaudes et des crinières brûlées, elle est comme coulée dans la lave, indispensable au tableau. on ne la regarde que pour lui sourire, on ne lui parle que pour lui dire qu’elle est belle (sous le bleu le vert le mauve), on ne la touche que pour l’enlacer, la faire se sentir aimée. et alors elle s’dit que c’est peut-être éphémère mais au moins c’est pas faux. c’est réel, vrai, rythmé et dans l’tempo. c’est comme un deuxième souffle, un contre-exemple de ce qu’elle pensait d’ce même monde. celui que jusqu’alors elle ne parvenait à faire taire qu’en l’étouffant sous les draps, celui qui la regardait comme si elle était pas d’ici, qui s’la fermait et pour les maladresses tant pis. elle vole quelques baisers après avoir volé quelques verres et putain cette innocence qui s’en dégage, ce « pas plus » que les phalanges moites murmurent pour la rassurer, c’est si appréciable, tellement apprécié.
mais alors pour que son cœur lâche un peu, fallait bien qu’ici elle vienne poser les yeux. là-haut, sur l’estrade des dieux, sous son casque-auréole, derrière ses platines d’argent, y a
e l l e.
elle qui la fait s’arrêter de danser, qui floute sa vision. et c’est sûr hoa tombe amoureuse et tombe toujours un peu plus profond à chaque battement d’cœur. la vérité c’est qu’elle tombe amoureuse dix fois par semaine, se sent pousser des ailes dès qu’on la regarde sans faillir ou aussitôt qu’elle trouve du beau dans une fossette. mais là y autre chose (des battements en plus, des qui vont plus vite et qui lui remuent l’estomac) et hoa n’aime pas ça. elle veut du banal, du tout l’monde.
et ses prunelles calcinées s’détachent de la comète.
puis y a d’autres verres, d’autres danses, d’autres mains. d’autres lèvres aussi, et des peaux plus aventureuses et elle aime ça.
mais voilà, la comète est tombée du ciel. elle s’écrase juste à ses pieds et bordel c’est si beau qu’hoa va finir par chialer. « salut ! » sos princesse j’t’en supplie continue de me regarder, tu sais si tu clignes des yeux j’en mourrais. hoa promène sa pupille partout sur le visage de son étoile. elle lui trouve des pommettes comme des coups de pinceau et un sourire façon déluge. est-ce qu’on peut survivre à ça ? « oui c’est la première fois, j’traîne pas souvent dans ces endroits-là. » elle avoue dans des cris articulés. merci les spots de panser ses rougeurs, bravo l’alcool d’avoir dissimulé la douceur dans son regard voilé. « c’était toi là-haut, pas vrai ? » aveu à demi avoué, comme pour lui dire qu’elle l’a vue et presque tout de suite aimée. « je t’adore. je reviendrai. » une promesse, et pour une fois c’est vrai.
elle hésite à peine avant d’entrelacer leurs doigts, la traînant jusqu’au bar. elle hurle une commande (n’importe quoi) et s’tourne vers l’ange, ayant souffert de l’avoir lâché des yeux. « je m’appelle hoa. » j’suis tout à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

東京住人

avatar : MELON MIEL
multi : //
crédits : HOODWINK, SELF
messages : 17
date d'inscription : 29/01/2018



âge : VINGT-TROIS
métier : VENDEUSE DANS UN SEX-SHOP/DJ
les amours : AMOUREUSE DU BEAU

MessageSujet: Re: vanille fraise - hao   Ven 16 Fév - 19:46

à cet instant, pakpao se dit que la voix de l'inconnue se fond parfaitement à la musique. à elle seule, elle est mélodie, elle enchante et fait vibrer l'coeur de la dj. c'est un baume au coeur, c'est un bonbon sur la langue, c'est un ciel rempli d'étoiles pour les yeux, c'est un vent frais pour la peau par un après-midi trop chaud. elle se dit qu'elle aimerait prendre la main de la princesse pour la sortir illico de ce petit club bondé pour explorer la ville, pour vivre comme dans les films des moments inoubliables et des baisers d'gamines sucrées sous les néons jamais fatigués.
elle rêve de tout ça en silence alors que le sourire ne disparaît pas d'un centimètre sur
ses lèvres qui goûtent la gomme balloune juré craché
c'est son baume qui a un goût de bonheur.
sous les spotlights vaporeux, des confessions,
un hochement de tête comme pour dire oui c'était moi
j'y suis presque tous les soirs, sur mon petit piédestal
s'il-te-plais passe quand tu veux,
reviens, promets.

- j'suis heureuse de savoir que ma présence arrivera à t'faire revenir.

un petit sourire en coin sur le visage porcelaine de pakpao et le coeur chavire quand les doigts d'la beauté s'entremêlent aux siens. elle la suit jusqu'au bar et on leur sert des verres au contenu inconnu mais peu importe elles savent toutes les deux que ce n'est pas important.
tout c'qui importe, c'est le regard de l'autre.
hoa. ça goûte l'ailleurs, ça sonne douceur.
pao, elle est déjà amoureuse de ce prénom.
elle est en train d'tomber.

- moi c'est pakpao.

toutes les deux, elles ont des prénoms d'une autre asie.
elle va heurter son shooter à celui d'hoa et elle le boit cul sec. son regard se pose de nouveau sur la jeune femme et elle pourrait s'perdre dans ses yeux scintillants.

- t'es captivante, tu sais ?

c'est vrai, elle l'est.
dès qu'pakpao l'a vu danser au milieu d'la piste, elle pouvait plus l'ignorer.

- est-ce que t'as envie d'rester ici ? on peut partir, si t'as envie. on peut faire c'que tu veux.

tu sais, hoa,
pakpao, elle te suivrait jusqu'à la lune
s'il le faut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

東京住人

avatar : tiffany meia
multi : maya
crédits : venus in furs
messages : 93
date d'inscription : 30/01/2018



âge : 24 yo
métier : le coeur est trop grand et l'argent sent mauvais
les amours : des coups d'coeur à vous en péter les tympans
quartier : bunkyō, délaissée mais pas seule


MessageSujet: Re: vanille fraise - hao   Jeu 1 Mar - 20:51

élixir façon voie lactée, qui lui brûle la trachée, lui fait battre des paupières pour éloigner les étoiles qui, une demi-seconde, sont venues brouiller sa vision. dès qu’elle lâche les phalanges soyeuses elle en a le cœur redemandeur. hoa elle fixe sa comète comme on admire une œuvre d’art, avec passion et curiosité, cherchant à capturer le moindre trait (elle voit pas les défauts ni ce qui est cassé, les bavures ou le crayon gommé, tout en dessous). mademoiselle est une statue grecque, tombée de son piédestal peut-être, mais avec grâce, et sans exploser. de toute façon, si elle l’avait fait, hoa se serait démenée pour ramasser tous les morceaux. elle sait le faire, elle le fait souvent. quelques larmes, un peu d’sueur et mademoiselle peut de nouveau être exposée (c’est maladroit mais sincère, ça tiendra le temps de quelques cœurs brisés). pupille qui s’effondre là où se muent les lèvres, pétales attirantes, sucrées déjà au regard, que l’on voudrait effleurer et même cueillir, en prenant garde à ce que rien ne fane. hoa en a des frissons tellement cette athéna aux cheveux nuit lui donne envie. mais elle se retient, elle veut pas tout gâcher. elle aime la poésie aussi, et les regards doux. elle aime la peau c’est vrai, et ces lèvres-là particulièrement (terriblement) mais elle veut du temps, des sourires. alors pas maintenant.
pakpao comme une bulle qui éclate. hoa adore, se promet de plus tard s’entraîner à prononcer ces quelques syllabes. dans des murmures ou dans des cris, dans des supplications muettes aussi. le japon ne lui a jamais paru aussi beau, puisque peuplé de pakpao.
un fou-rire un peu idiot pour faire cesser les battements ridicules de son cœur quand la princesse la dit captivante, sans savoir qu’elle l’est aussi (et même bien plus que ça). elle la dévisage encore, sans jamais se lasser, là, peinte façon papillon de nuit sous les spotlights, et hoa se dit qu’elle voudrait bien l’avoir au creux des bras, la prendre par la taille, lui dire « t’es belle. » oups tant pis, de toute façon c’est qu’le premier d’une longue ribambelle.
proposition d’échappée qu’hoa fait semblant de ne pas avoir attendue, nouveau prétexte peut-être pour s’emparer de ses doigts, peut-être même de tout elle, plus tard sous la lune. « tu dois pas retourner là-bas ? » fait-elle en pointant le piédestal vide. « tu sais l’ambiance est moins bonne quand t’y es pas. » mais son regard lui crie de rester, s’assombrit, s’emplit de désir et de course folle entre les étoiles. elle attend pas d’réponse hoa. elle veut pas s’entendre dire qu’elle a raison, que c’est pas raisonnable. « c’est d’accord on s’en va. » alors elle en fait qu’à sa tête, capture les mains de soie et se refuse à laisser pakpao y retourner. là-haut, derrière sa vitrine de musée, où toutes les meufs bien trop chaudes et plus jolies qu’elle peuvent l’admirer. non, tu restes là. on part en excursion,
pitié sois à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: vanille fraise - hao   

Revenir en haut Aller en bas
 
vanille fraise - hao
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Milk shake Vanille-Fraise
» mon jardin de juillet
» Bavarois rhubarbe/fraise
» Crème glacée à la vanille (sans sorbetière)
» Noix de Saint-Jacques à la vanille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
raining in tokyo ☆  :: tokyo -- 東京 :: shinjuku-
Sauter vers: