AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RIT a ouvert ses portes, bienvenue à vous les choux. :coucou:
des bisous d'amour sur vous les petits chats, on vous aime.
venez participer au festival umematsuri pour le plaisir ! :squish:

Partagez | 
 

 REVOIR L'ENFANCE / MAYA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

東京住人

avatar : megumu
multi : //
crédits : PASTEL BREATHING
messages : 33
date d'inscription : 22/02/2018

je t'aime
à l'imparfait
au présent
au conditionnel
même quand
par hasard
tu me fais mal
c'est pas si grave
je me répare


âge : vingt trois paillettes
métier : je cueille des pommes dans les vergers et le soir je te vends des cassettes pour trois francs six sous
les amours : lala love lala spleen lala rao peut-être
quartier : BUNKYŌ


MessageSujet: REVOIR L'ENFANCE / MAYA   Mer 28 Fév - 18:18

chez toi n'est pas loin de chez moi. on a quelques arbres (rares, mais tout de même), quelques pavés, des parpaings et du goudron qui nous séparent. je ne sais si la distance n'est que physique. quand je marche pour la réduire, j'essaie de me souvenir d'avant. les lumières de la ville qui nous bercent depuis toujours me rappellent ô combien nous nous aimions.
j'ai choisi de revenir à une époque où tout allait plutôt bien. quand la douceur était encore de mise dans tout ce monde brutal. j'ai choisi de repenser à nos bons moments. les sourires qu'on se glissait. maya, tu sais, on se donne de grands airs toi et moi, mais à côté d'ina, papa et maman on s'écroule, on fait pas le poids. tu t'souviens, les kaplas dispersés sur les tapis et les vieilles chansons qu'on fredonnait, les pommes dans le verger de chez grand-mère et nos larmes quand les premiers legos sont tombés. tu te souviens, hein ? nos gorges qui riaient, déployées offertes au soleil, j'aimais cette gorge de garçonnet qui est devenue jeune homme. les fruits dans le jardin ont poussé et ta pomme à toi s'est arrondie. les enfants ont grandit, ils sont devenus adolescents, tu vois, je suis sûre que si je te racontais tout ça tu n'en rirais plus. qu'est-ce que tu as changé, maya. ça me manque tout ça.
la nuit je pleure un peu, quand ça va pas. je me repasse en boucle nos souvenirs comme un vieux film sous titré, mais là, y a pas de sous titres alors je comprends rien. je me rappelle plus trop ta voix d'aujourd'hui, même si je t'ai vu il y a quelques temps. j'en vois défiler des visages tu sais, oh, non tu sais pas, mais je me prends à t'espérer, comme ça, d'un coup, dans le vide.
là où je sais que tu viendras pas me chercher.
il y a des monstres avec moi et les monstres sont cruels avec ema. ils viennent la tourmenter jusque dans son lit, jusque dans son corps. ils relèvent ses jupes et
maya, tu ne dois pas savoir tout ça. la misère elle est pas pour nous. depuis toujours j'ai voulu le bonheur et le bonheur m'a tuée.
je marche vers chez toi, car chez toi n'est pas loin de chez moi, et ça me fait moins peur d'aller chez toi qu'ailleurs, car au moins je connais. je sais pas trop si t'es chez toi, j'espère, parce que sinon, ce serait un peu dommage, un peu bête aussi. je marche en repensant à hier.
on aurait pu refaire un meilleur hier ensemble mais toi, j'ai l'impression que tu ne regardes que demain. et demain, qu'est-ce que c'est sale.
putain maya
j'ai peur sans toi
j'espère que tu comprendras mes appels à l'aide lancés dans mes yeux quand je te regarderais. enfin si tu comprends pas c'est pas si grave, des sauveurs y en a ailleurs. mais j'aurais tellement aimé que ça soit toi.
je t'ai un peu trop crié dessus, j'espère que tu me pardonnes. je me sentais faible, mais je te jure c'est pas de ma faute, c'est les monstres et puis c'est la mort de maman et la mort de papa et
je sanglote comme une pauvre conne dans les rues. maya cette soeur tu la reconnaîtrais pas.
où est la joie ?
j'avais choisi de revenir à une époque où tout allait bien. pas de verres brisés, ni de mains sales. pas de torchons souillées, pas de sourires tenaces. pas de je t'aime t'inquiète ni de sms colère. juste des pommes dans des caisses, et des rires sous les néons.
blafards, les néons.
je vais jusque chez toi car tu n'es pas loin de chez moi (je me le suis répété plusieurs fois, ça me rappelle que je n'erre pas pour rien dans les petites rues de la grande tokyo).
et je sanglote, jusque devant ta porte.
j'ai peur sans toi
reconnais moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
REVOIR L'ENFANCE / MAYA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pyramides d'Amérique centrale (aztèques, maya...)
» Mr. Darcy's Diary ( version de Maya Slater)
» Au revoir, les amis
» Figurines Maya l'Abeille
» Gary Moore, au revoir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
raining in tokyo ☆  :: tokyo -- 東京 :: bunkyō :: habitations-
Sauter vers: