AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RIT a ouvert ses portes, bienvenue à vous les choux. :coucou:
des bisous d'amour sur vous les petits chats, on vous aime.
venez participer au festival umematsuri pour le plaisir ! :squish:

Partagez | 
 

 Issei + Yūji • I'll be the end of you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

東京住人

avatar : min yoongi
multi : nope
crédits : amme
messages : 28
date d'inscription : 26/02/2018

変装の悪魔



Whatever you do, I will kill for
Whatever I do, I’ll be real for
Look carefully
this is what you wanted, the beast mode



ID LINKS

Issei • I'll be the end of you




/̵͇̿̿/'̿̿ ̿̿ ̿̿


âge : 23 années d'errance (né un vendredi 13, au mois de mai)
métier : Il transforme le poison en argent et, pour les apparences, il offre une nouvelle vie aux motos fatiguées - (membre du gang gashadokuro)
les amours : Sa bande, son gang. La romance n'a pas de sens pour lui. L'amour n'est qu'une chose visqueuse qui ralentit dans la vie.
quartier : Vit dans un appartement luxueux à Minato / Exerce son job de jour à Chiyado / Erre généralement dans Shinjuku pour son plaisir et son business


MessageSujet: Issei + Yūji • I'll be the end of you   Dim 4 Mar - 17:27

look -- 'Parait que le gamin qui t'a arnaqué est revenu' Ces mots, Yūji les avait attendus depuis quatre mois. Quatre mois qu'il avait passé à ratisser le japon à la recherche d'une trace de cet arrogant qui avait osé le tromper. Mais il avait été incapable de trouver le moindre indice. Celui dont il n'avait que le prénom et le souvenir du visage s'était envolé avec sa cocaïne. Perdu quelque part sur la vaste archipel nippone, au delà des frontières tokyoïte, hors des territoires connus de l'Himura.
Il en aurait presque sourit en apprenant son retour. Mais seul ses yeux se sont mit à briller. D'une lueur froide qui n'annonçait rien de bon. On venait enfin de lui servir un point de départ. Enfin une lueur d'espoir. Le traître était revenu sur son terrain de jeu et il allait pouvoir refermer ses griffes sur lui désormais.
De là, ça ne lui avait prit qu'une semaine pour en apprendre plus, pour traquer sa proie jusqu'à trouver son lieu de travail.
A présent il va pouvoir attaquer. Enfin.

Cette nuit là Yūji ne parvient pas à fermer l'oeil. la simple pensée d'enfin pouvoir confronter l'insolent le tient éveillé. Il écoule les cigarettes à sa fenêtre, sa peau laiteuse agressée par le vent froid, les yeux rivés sur les lumières de sa ville aussi insomniaque que lui. Il grelotte mais aime la sensation, elle est vivifiante. Au moins ça lui permet de rester lucide pour pouvoir mieux réfléchir à son plan d'attaque.
Dans son esprit, un millier de tableaux emplis de haine et de vengeance se jouent. Tous reprennent le même portrait, celui du gamin qui a manqué de détruire sa réputation. Il l'imagine rabaissé et battu, en tirant un sentiment de satisfaction. Il avait l'air si crédule, si facilement manipulable. Et pourtant il était parvenu à berner le loup. A cette pensée Yūji se crispe, serre le poing de colère. Contre lui-même, parce qu'il a fait une erreur de jugement. Contre le traître qui a causé son humiliation. Mais il lui fera payer à cet insolent. Payer ce qu'il a du débourser de sa propre poche, et plus encore.
Il apprendra qu'on ne trompe pas l'Himura si facilement.

L'aube se lève et déjà le coeur du dealer palpite. C'est l'impatience qui le ronge, l'excitation malsaine d'enfin obtenir rétribution.
Il se masque soigneusement sous ses vêtements, visage caché pour ne pas être identifié, avant de se diriger vers le zoo. Il paie son entrée mais estime que ce n'est pas grand chose si ça lui permet d'arriver à ses fins. De toute façon il n'a pas besoin de compter son argent.
Il lui faudra tout de même deux heures d'errance dans le parc avant de l'apercevoir. Son pouls s'accélère alors et, si il avait été un animal, il aurait déjà eu la bave aux lèvres. Bave de rage, l'envie de mordre dans les tripes.
Il suit le traître comme une ombre, discrètement, patiemment. En quête du bon moment. Tête baissée, regard dissimulé sous son chapeau, prétextant s'intéresser aux animaux en cage pour ne pas paraître suspect. Il guète jusqu'à le voir se diriger vers une porte sur laquelle une pancarte indiquant accès interdit est vissé. Sûrement une remise, un endroit réservé au personnel et à l'abri des regards. Le piège parfait.
Accélérant le pas, il se glisse soudain à la suite de l'insolent. Sans crier gare il est à sa hauteur en quelques enjambées. Il ne lui laisse même pas le temps de fermer derrière lui que, déjà, il s'est engouffré dans l'espace lui aussi. Et c'est lui qui referme la porte, la faisant claquer pour faire sursauter l'agneau qu'il vient de coincer. Son corps bloquant désormais le seul échappatoire. Il découvre alors son visage, révèle son identité. "Petit con. Tu pensais pouvoir venir à Tokyo sans que je finisse par l'apprendre ?"  Il lui dit d'un ton froid qui se veut presque moqueur. L'idiot aurait mieux fait d'être prudent en allant se fournir ailleurs. Inconscient des connexions qui existent dans les réseaux du milieu.
Regardant rapidement autour de lui, il constate qu'ils se trouvent dans une remise de matériel. A portée de main il aperçoit un balai et s'en saisit pour venir le glisser sous la clenche afin de bloquer l'accès. Personne ne pourra venir les déranger à présent. Ils sont seuls. Le loup et sa proie. "J'imagine que t'as pensé pouvoir te fondre dans la foule ?" Il susurre, tout en s'approchant d'un pas félin du gamin. Il le couvre de son ombre, anéanti l'espace qui les sépare pour l'écraser et l'oppresser de sa présence. Ses yeux percent les moindres détails de ce visage qu'il a tant voulu retrouver. Identique à celui de ses souvenirs. Il agrippe alors son menton de ses doigts graciles avec fermeté, levant son visage pour le forcer à regarder dans sa direction. A affronter ses iris dures et glaciales. "Dis moi est-ce que t'es simplement naïf ou vraiment stupide ?"  Il questionne stoïquement.  Il ne lève pas le ton, non ce n'est pas sa façon de fonctionner. Sa colère est sournoise comme un serpent. Calme jusqu'à ce qu'il saute à la gorge pour insuffler son venin. Yūji, le chien qui grogne sans aboyer. L'animal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

東京住人

avatar : jimin
multi : /
crédits : sial (avatar)
messages : 12
date d'inscription : 26/02/2018



âge : vingt-et-une années dans l’ombre.
métier : il s’occupe d’animaux dans un parc, eux ne le déçoivent pas au moins.
les amours : il aime de tout son cœur mais être aimé est un concept qu’il ne connaît pas.
quartier : uc


MessageSujet: Re: Issei + Yūji • I'll be the end of you   Jeu 8 Mar - 21:40

look -- Tokyo. La ville de ses rêves mais aussi de ses cauchemars. Elle est partie là-bas, loin de lui. Il pensait pouvoir l’oublier, elle à une centaine de kilomètres, mais son amour s’est transformé en haine plutôt qu’en indifférence. Spirale de l’enfer, Issei est tombé dans l’illégalité, dans les substances illicites. Besoin d’autre chose, de s’évader, de contrer un quotidien trop tranquille. Toujours trop lisse, ennuyant, Issei a juste voulu changer. En mal, peut-être, mais lui, il ressent autre chose. Issei se sent vivant en sombrant dans cette haine. Amorphe par le passé, subissant le rejet encore et encore, ses actions lui font toucher du doigts cette pointe d’adrénaline perdue. Lui qui pensait ne plus rien ressentir pour un être humain après elle s’est vu troublé par une rencontre particulière. Dealeur, les traits masculins, rien ne laissait entendre qu’Issei aurait pu être attiré par lui. Beaucoup de questions se sont immiscées dans son esprit torturé, des incertitudes floutant un désir pourtant bel et bien présent. Que représente cet homme pour lui ? Un modèle ? Une jalousie ? Il est tout ce qu’Issei n’est pas. Sûr de lui, transpirant de confiance, une aura puissante qui a fait frémir Issei la première fois. Ou alors est-ce un désir plus charnel ? Le brun n’ose pas s’avouer qu’il peut être attiré par un homme, pourtant, le blond n’est pas le premier. Seulement, Issei a tu ses envies. Impossible. Pourquoi à mesure de leurs rencontres, Issei a senti son cœur s’accélérer ? « La peur » s’est-il contenté de se dire. […] Aujourd’hui encore, Issei se demande pourquoi il l’a volé. Il sait l’homme dangereux, il le ressent. Pourtant, il n’a pas hésité. L’argent ? Le besoin d’adrénaline, envie d’avoir encore plus peur ? Se sentir vivant tout simplement. Peut-être aurait-il dû se contenter de le draguer, de succomber à ses doutes. Chaque jour, il se sent épié. Comment peut-il faire pour le retrouver dans une ville si grande ? A certains croisements, Issei se méfie. Et s’il tombait nez à nez avec le blond ? Et si ce dernier voulait lui faire payer sa trahison ? Un frisson parcourt Issei à chaque fois qu’il y pense, qu’il imagine croiser l’homme qui hante ses pensées. Un mal pour un bien, le jeune homme ne pense plus vraiment à elle, mais à lui. […] Nouveau départ, Tokyo. Cette ville qu’il redoute tant, Issei y habite à présent. Travail, studio. Il se rapproche d’elle et surtout de lui. Que va-t-il devenir ? Il n’en sait rien. Avec les animaux, Issei revit. Son nouveau boulot, c’est tout ce qu’il a. Grâce à la drogue volée, Issei a pu s’offrir cette vie. Il n’est pas heureux, il ne le sera sûrement jamais, mais il est quelque peu apaisé. […] Fin de journée. Issei fait ces nouveaux gestes avec application. Vérification, rangement. Dans la remise, il sursaute. Personne ne devrait être avec lui, pourtant, lorsqu’il se tourne, Issei sent son cœur s’arrêter. Surprise, terreur. « Petit con. Tu pensais pouvoir venir à Tokyo sans que je finisse par l'apprendre ? » Con ? Sûrement. Débile. Imprudent. Désireux ? Ne l’a-t-il pas cherché ? Figé, Issei garde ses lèvres scellées. Aucun mouvement. Que pourrait-il faire de toute façon ? L’homme, pourtant pas beaucoup plus grand que lui, l’impressionne beaucoup trop pour qu’il puisse tenter quoi que ce soit. « J'imagine que t'as pensé pouvoir te fondre dans la foule ? » Soupir. L’homme recommence. Ce regard, ce ton. Tout ce qu’il est lui arrache un frisson. « Peut-être bien, mais comme tu l’as dit… J’suis con » avoue-t-il la voix beaucoup moins assurée que prévu. Oppressant, tentant. Le blond tord le ventre d’Issei. «Dis moi est-ce que t'es simplement naïf ou vraiment stupide ?» Déglutissant, Issei tente de reculer mais bute sur la table derrière lui. Aucune échappatoire. « Les deux sûrement… » L’envie de baisser les yeux est forte mais le regard de l’homme face à lui l’en empêche. Captivé, terrifié. Issei subit. « Tu.. vas faire quoi.. ? Mh ? » Mains posées derrière lui, Issei touche la table essayant de trouver quelque chose qui pourrait l’aider. L’assommer. C’est tout ce à quoi pense le soigneur. Mais que va-t-il faire ensuite ? Il le retrouvera. Il connaît son lieu de travail, il reviendra le hanter. C’est sûr. L’espace d’une seconde, Issei se dit que si l’homme était mort, il ne lui poserait plus aucun souci. Seulement, Issei n’est pas un meurtrier, Issei est faible. Gentil, beaucoup trop, et comme le blond l’a souligné, il est naïf et stupide. « Qu’est.. ce que je… peux faire pour… pour me faire pardonner ? » Le rembourser ? Redevenir son livreur ? « Laisse-moi… me racheter, s’il te plait… J’ferai c’que tu voudras… » Réellement ? Issei veut juste s’en sortir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

東京住人

avatar : min yoongi
multi : nope
crédits : amme
messages : 28
date d'inscription : 26/02/2018

変装の悪魔



Whatever you do, I will kill for
Whatever I do, I’ll be real for
Look carefully
this is what you wanted, the beast mode



ID LINKS

Issei • I'll be the end of you




/̵͇̿̿/'̿̿ ̿̿ ̿̿


âge : 23 années d'errance (né un vendredi 13, au mois de mai)
métier : Il transforme le poison en argent et, pour les apparences, il offre une nouvelle vie aux motos fatiguées - (membre du gang gashadokuro)
les amours : Sa bande, son gang. La romance n'a pas de sens pour lui. L'amour n'est qu'une chose visqueuse qui ralentit dans la vie.
quartier : Vit dans un appartement luxueux à Minato / Exerce son job de jour à Chiyado / Erre généralement dans Shinjuku pour son plaisir et son business


MessageSujet: Re: Issei + Yūji • I'll be the end of you   Sam 10 Mar - 16:25

look -- Tu suis le gamin dans sa tentative de reculer. Tu ne le laisses pas mettre de distance entre toi et lui, parce que tu veux qu'il sente ta présence jusque dans ses tripes. Qu'il étouffe sous ton ombre, que ton corps soit sa prison. T'entends le bruit sourd de la table lorsque l'agneau finit par la percuter, étant désormais véritablement coincé. Tu t'amuses alors à l'oppresser un peu plus, laissant si peu d'espace entre vous que ta jambe en vient à se glisser entre les siennes. Tu peux en sentir son souffle paniqué contre toi tandis que tu tiens fermement son visage vers le tiens, son menton si fin qu'il est facile de l'agripper.
Il s'inquiète alors du sort que tu lui réserves, mais tu décides de garder encore un peu suspens. T'as envie de le laisser mariner, parce que tu sais à quel point l'imagination est puissante et t'as envie qu'il se fasse un peu peur lui même en se projetant ses pires versions de scénarios. T'as déjà remarqué à quel point la suggestion d'une menace terrorise plus qu'une menace claire. Et toi ça te permet de rester un peu feignant, tu laisses ta victime s'effrayer elle-même. C'est fascinant à observer même. "Mh, j'ai pas envie de te gâcher la surprise... Je peux juste pas te promette que ça sera agréable pour toi. Pour moi en revanche... " Tu laisses ta phrase en supent. Il n'est pas nécessaire de la terminer pour faire comprendre l'idée. Toi tu vas t'amuser, oui. Après quatre mois à l'attendre, a travailler pour racheter ta réputation, tu l'as bien mérité.

Lorsqu'il essaie de s'en sortir en bégayant comme une biche apeurée, tu ricanes froidement, sans que les coins de tes lèvres ne se relèvent pour autant. Tu le regardes comme si il était la pire des merde, un minable que tu méprises.
Son comportement effarouché te laisse de marbre. Parce que t'y crois pas un instant, t'y crois plus. Tu t'étais déjà laissé avoir une fois par son air fragile, si fragile que t'avais cru pouvoir le manipuler. Mais t'avais commis ta première grosse erreur avec lui. Si il avait eu les couilles de te trahir, c'est qu'il ne devait pas être aussi peureux que ça. Ou alors peut-être qu'en effet, il est simplement très naïf et stupide... Mais ça t'en doute. Tu penses qu'il cache simplement bien son jeu, cet insolent. "Tu t'es cru grand garçon à pouvoir me voler mais maintenant tu te pisses dessus c'est ça ? T'aurais mieux faire de réfléchir aux conséquences avant de me duper crétin." Tu lui dis d'un ton dédaigneux. Bien entendu qu'il va faire tout ce que tu veux. T'as pas attendu qu'il t'en fasse la proposition pour ça. C'était bien ton intention. Il va ta rembourser, jusqu'au dernier cent de la valeur du paquet qu'il t'a dérobé. Plus une somme de dédommagement, des intérêts en quelque sorte. Et enfin, tu lui feras aussi ressentir l'humiliation qu'il t'a causé. Oui, tu lui feras tout payé et ta note est salée, bien plus que ce qu'il ne peut l'imaginer.

Tu décides enfin d'éclaircir un peu plus tes plans, revenant à sa première interrogation. "Tu veux vraiment savoir ce qu'on leur fait aux bâtards dans ton genre hein ?" Tu te penches alors un peu plus sur lui, si près que ta chevelure frôle son visage. Tu tends la main pour attraper la sienne, celle que tu as vu tâtonner la table. Tu la tires vers toi et laisses tes doigts courir sur les siens, presque délicatement. Ça t'amuse de le perturber un peu avant de lui murmurer la sentence dans le creux de son oreille. "On leur coupe leurs jolis doigts." A ces mots, ta poigne délicate devient plus féroce, comme un piège qui se referme.
Tu te recules pour plonger à nouveau ton regard noir dans le sien, dédaigneux. Tu le fixes un instant, lui et ses jolis traits qui t'avaient dupés. Sa mien toujours emprisonnée dans la sienne, tu portes finalement ton attention dessus pour la détailler un peu plus. Tu passes ton pouce sur chacune de ses phalanges, comme pour les étudier et déterminer le meilleur endroit à sectionner. Tu tiens cette comédie un moment avant de le lâcher soudainement. T'inspires, comme agacé, ennuyé. "Mais t'as de la chance, j'ai décidé d'être un peu miséricordieux aujourd'hui...Tu vas pouvoir garder ta main intacte, si tu te plies à ce que je te dis." T'as surtout envie de jouer un peu et tu préfères le torturer mentalement plutôt que physiquement. T'es pas un partisan de la violence de toute façon, tu l'évites toujours quand tu peux, ce n'est que ton dernier recours. D'autant plus que tu portes un t-shirt blanc aujourd'hui et que t'as pas envie de le teinter de rouge. Et puis, c'est vrai qu'ils sont jolis ses doigts à lui. Tu te dis que ce serait dommage de les abimer.
Tes yeux le scannent de la tête aux pieds et tu t'arrêtes sur ces derniers, montrant ses bottes du doigts, t'ordonnes; "Enlève tes chaussures." Tu commences simplement par ça, te doutant bien qu'il ne s'attendait certainement pas à une telle demande. Mais tu le laisses mariner avec cette simple commande, sans le laisser comprendre où tu comptes en venir avec ça.
Tu es toujours impassible, tu pourrais presque paraître inexpressif si la flamme de la colère ne dansait pas avec autant de vigueur dans tes iris. Celle qui anime ta soif de vengeance.


.:
 


Dernière édition par Himura Yūji le Lun 19 Mar - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

東京住人

avatar : jimin
multi : /
crédits : sial (avatar)
messages : 12
date d'inscription : 26/02/2018



âge : vingt-et-une années dans l’ombre.
métier : il s’occupe d’animaux dans un parc, eux ne le déçoivent pas au moins.
les amours : il aime de tout son cœur mais être aimé est un concept qu’il ne connaît pas.
quartier : uc


MessageSujet: Re: Issei + Yūji • I'll be the end of you   Lun 19 Mar - 14:39

look -- Pourquoi Issei manque-t-il autant de chance ? Pourquoi n’a-t-il pu se faufiler parmi ces millions de gens et passer inaperçu aux yeux de Yuji ? Pourquoi a-t-il réussi à le retrouver si facilement ? Tant de questions tourbillonnent dans l’esprit d’Issei. Son cœur s’emballe, s’arrête et accélère de nouveau à chaque petit mouvement de cet homme qui le terrifie tout autant qu’il le fascine. En le rencontrant, Issei a de suite su qu’il n’était pas comme les autres, qu’il n’aurait peut-être pas dû lui tourner autour, revenir vers lui. Pourtant, attiré comme un aimant, le plus jeune n’a pu résister. Impressionnant, envoutant, troublant. Tant de mots pouvant le décrire, tant d’adjectifs qu’Issei aurait préféré ne pas ressentir. Yuji n’est pas n’importe qui. Yuji est tout ce qu’Issei ne sera jamais, tout ce qu’Issei envie. […] Malgré l’admiration malsaine qu’il lui porte, Issei est terrifié. Il est capable de tout, le plus jeune en est certain. "Mh, j'ai pas envie de te gâcher la surprise... Je peux juste pas te promette que ça sera agréable pour toi. Pour moi en revanche... " Mal à l’aise, Issei déglutit. Risque-t-il d’y passer dans les heures qui suivent ? Yuji n’est pas assez stupide pour le laisser pour mort ici. Des gens l’ont sûrement vu. Issei essaie de se rassurer comme il peut mais ça ne marche pas. Ses mains son moites, sa respiration chevrotante. Il voudrait pouvoir disparaître. Pourquoi a-t-il décidé de revenir sur Tokyo au fait ? Bon sang, quelle idée de merde. "Tu t'es cru grand garçon à pouvoir me voler mais maintenant tu te pisses dessus c'est ça ? T'aurais mieux faire de réfléchir aux conséquences avant de me duper crétin." Issei préférait leurs précédentes rencontres, celles où Yuji s’amusait à flirter pour le déstabiliser. Bien plus agréables, même si leurs entrevues n’ont cessées de chambouler Issei. Incapable de répondre, le brun se contente d’essayer de reculer, encore. Impossible. Pris a piège, coincé entre Yuji et la table, il ne peut que subir les assauts verbaux de son ainé jusqu’à ce qu’il décide d’en venir aux mains. "Tu veux vraiment savoir ce qu'on leur fait aux bâtards dans ton genre hein ?" Veut-il vraiment savoir ? Issei préférerait qu’il l’assomme directement mais ça ne serait pas drôle pour Yuji, n’est-ce pas ? La main de son agresseur contre la sienne le fait frissonner. Peur, plaisir ? Issei n’en sait rien. Personne ne l’a touché ainsi. Pitoyable de ressentir une telle chose pour un homme venu le punir, non ? Il recommence, flirte à nouveau. Mais Issei sait que cette fois-ci ce n’est vraiment qu’un jeu, une petite douceur avant la douleur.   "On leur coupe leurs jolis doigts." De façon peu virile, Issei couine de peur en entendant enfin sa future sentence. Instinctivement, il cherche à se débattre, récupérer sa main, la protéger de son agresseur mais son emprise est beaucoup trop forte. Sa grande main ne fait qu’une bouchée de la sienne si petite. « Non, non pitié ! fais pas ça, non ! » Vivre sans ses doigts, Issei ne peut l’imaginer. Il perdrait tout. Son travail, la simplicité du quotidien. Ses doigts, Issei y tient. Lui qui a presque apprécié les précédentes caresses de Yuji ressent presque une brulure à chaque endroit que frôlent ses longs doigts. Issei voudrait hurler, se débattre mais il n’est qu’un pantin face à cet homme. "Mais t'as de la chance, j'ai décidé d'être un peu miséricordieux aujourd'hui...Tu vas pouvoir garder ta main intacte, si tu te plies à ce que je te dis." soulagé de récupérer sa main intacte, Issei la colle contre son torse comme si ce geste pouvait empêcher Yuji de lui faire quoi que ce soit. "Enlève tes chaussures." Les yeux ronds, Issei fixe son agresseur comme s’il venait de dire une idiotie. « Je… Pourquoi ? » Question bête, Yuji ne lui répondra pas. Il le sait parfaitement alors il s’exécute non sans fixer l’homme empiétant son espace vital. Issei ne veut pas le laisser sans surveillance, détourner le regard lui permettrait d’agir sans qu’Issei ne s’en aperçoive et ça, il ne peut le risquer. Il pense garder une part de contrôle en agissant ainsi mais au fond, il sait qu’il lui est impossible de prévoir les gestes de Yuji. Il subit, encore et encore. Comme depuis le début. « Voilà… » Poussant ses chaussures du bout de son pied encore couvert d’une chaussette, Issei attend. Veut-il le faire aller marcher pieds nus sur les graviers ? Lui couper les doigts de pieds ? Cette idée le fait grimacer et paniquer. « Tu vas pas m’couper les doigts de pieds hein ? S’te plait ! Fais pas ça ! J’peux te rembourser, j’peux.. j’peux te rendre l’argent oui, faire des courses pour toi, j’sais pas… mais… S’te plait me coupe rien…  » Son physique, Issei y tient. Il craint la douleur et ça, Yuji l’a bien compris. Il va en jouer. « J’peux être super utile pour plein de trucs… » dit-il en venant désespérément agripper le t-shirt de Yuji. « S’te plait… »  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

東京住人

avatar : min yoongi
multi : nope
crédits : amme
messages : 28
date d'inscription : 26/02/2018

変装の悪魔



Whatever you do, I will kill for
Whatever I do, I’ll be real for
Look carefully
this is what you wanted, the beast mode



ID LINKS

Issei • I'll be the end of you




/̵͇̿̿/'̿̿ ̿̿ ̿̿


âge : 23 années d'errance (né un vendredi 13, au mois de mai)
métier : Il transforme le poison en argent et, pour les apparences, il offre une nouvelle vie aux motos fatiguées - (membre du gang gashadokuro)
les amours : Sa bande, son gang. La romance n'a pas de sens pour lui. L'amour n'est qu'une chose visqueuse qui ralentit dans la vie.
quartier : Vit dans un appartement luxueux à Minato / Exerce son job de jour à Chiyado / Erre généralement dans Shinjuku pour son plaisir et son business


MessageSujet: Re: Issei + Yūji • I'll be the end of you   Mar 20 Mar - 1:13

look -- T'es fier de ton effet. T'as terrorisé l'agneau, tu l'as mis à ta botte. Il ne cherche même pas à te combattre, non, juste à se défiler. Comme un chiot, la queue entre les jambes.
Il sait qu'il a perdu, que ça sert à rien de résister, et t'aimes le goût de sa défaite. T'aurais qu'à claquer des doigts pour en faire ton esclave. D'ailleurs tu l'observes exécuter ton ordre avec délice. Il n'a même pas essayé de s'y opposer. Docile. Comme il aurait du être dés le début, quand tu lui avais confié cette mission.
Ta menace lui a bien fait comprendre que tu ne plaisantes pas. Les erreurs commises dans ce milieu ne sont pas prises à la légère et ça ne se règle pas avec une simple baffe ni même un arrangement à l'amiable. Y'a pas d'avertissement, pas de gaffe offerte ni même d'absolution.
Il couine, il supplie comme une fille. Mais ça ne t'atteint pas, au contraire, ça te fait plaisir de le voir ainsi recroquevillé contre cette table. D'imaginer les cauchemars dans sa tête. Le stress provoqué par l'idée de perdre ses jolis doigts ou ses orteils alors qu'il serait incapable de s'enfuir pour se sauver. Face à une sentence inévitable qu'il ne peut qu'attendre et contempler.
Oui, savoir que la peur le ronge te satisfait plus que la douleur physique.  
Dans ses plaintes, le traitre tente de s'en sortir. Il parle trop, il parle mal. Tu hausses un sourcil lorsqu'il propose de faire des courses pour toi. Tu savais déjà qu'il était un peu débile, mais serait-il en train de suggérer que tu l'es aussi ? Après le coup qu'il t'a fait, peut-il vraiment penser que tu lui confierais une nouvelle tâche ? Tu t'amusais à le voir paniquer, mais cette remarque t'as piqué. T'es agacé d'être à nouveau prit pour un idiot crédule.
T'attrapes sa main moite qui froisse ton t-shirt pour l'en décrocher et la repousser d'un geste vif. "Putain t'es pitoyable, tu fais trop de bruit. Assume comme un homme et arrête de geindre." Tu le méprises. A te supplier sans relâche. Mais pourtant, c'est ce que tu voulais, qu'il te craigne et s'effondre. Désormais, t'en profites juste pour te moquer de lui, l'humilier un peu et jouer avec son cerveau. D'un geste du pied, tu repousses ses chaussures un peu plus loin. "Et arrête de me proposer de faire des choses pour moi. Tu me crois assez stupide que pour te faire encore confiance ?" Le ton de ta voix s'est durci et tu grimaces en crachant ces mots. "L'argent tu vas me le rendre oui. Mais y'a autre chose que tu me dois, une chose que tu peux pas acheter avec des billets. L'humiliation." T'humidifies tes lèvres avant de mordre subtilement celle du dessous, puis passes sans avertissement tes doigts froids sous son pull. Tu les glisses dans le haut de son jeans, juste pour l'agripper fermement. Tirant sèchement jusqu'à attirer son bassin vers toi. "Enlève ça aussi." T'ordonnes, restant quelques instants immobile. Le dos de ta main contre le bas de son ventre. Il a chaud, lui, et le frôlement de vos peaux fait l'effet d'un tel choc thermique que tu ne serais pas étonné de créer un orage. C'est agréable, et tu le nargues en offrant une caresse qui a pour prétexte de resserrer ta prise sur le pantalon. T'as envie de le sentir frissonner contre toi, de lui arracher une sensation délicieusement dangereuse. T'as toujours aimé jouer un peu avec lui, te faire désirer, le troubler. Dans le fond, peut-être que tu le désires aussi un peu. Mais t'es trop obnubilé par ton besoin de vengeance pour succomber à ces choses là. Pas maintenant. Pas après ce qu'il t'a fait.
Finalement, tu le lâches et te recules. Tu lui donnes l'espace dont il a besoin pour s'exécuter. Tu vas même jusqu'à lui tourner le dos, façon de montrer que tu n'as aucune méfiance envers lui. Tu le crains pas, parce que t'es sûr de ta dominance. Tu sais qu'il se pisse trop dessus que pour oser tenter quoi que ce soit. Tu sors calmement une clope de ta poche avant de le regarder à nouveau. "Dépêche toi. Et le haut aussi." T'ajoutes en montrant vaguement son pull d'un geste de la main. Qu'il se mette presque à nu. Mais là encore, tu ne lui expliques pas les raisons de tes demandes. Tu le laisses découvrir ton plan doucement, ordonnant simplement mystérieusement. T'as envie de laisser les questions se bousculer dans sa tête, de voir son visage afficher l'incompréhension, la confusion.
Allumant ta cigarette, tu poses ton dos contre la porte de la cahute et l'observes d'un regard presque amusé, en silence, ton visage voilé par la fumée de ton tabac qui se consume. Comme un spectateur qui attend que le spectacle commence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Issei + Yūji • I'll be the end of you   

Revenir en haut Aller en bas
 
Issei + Yūji • I'll be the end of you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Issei-kun world graph
» je voudrai vous presenter un mangas que j'aime bien ses High School DxD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
raining in tokyo ☆  :: tokyo -- 東京 :: bunkyō :: autres lieux-
Sauter vers: