AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RIT a ouvert ses portes, bienvenue à vous les choux. :coucou:
des bisous d'amour sur vous les petits chats, on vous aime.
venez participer au festival umematsuri pour le plaisir ! :squish:

Partagez | 
 

 at 2am in the morning (jude)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Okita Lian Hua

東京住人

avatar : xu minghao - the8 (svt)
multi : iouri bb
crédits : calypsie :3
messages : 146
date d'inscription : 01/12/2017


H A N A ❀ T H E M A
my heart likes to start fights with the inside of my ribs where everyone loses




ID CARDCONTACTS
PHONEINSTAGRAM
(POKEDEX)


© mugen:
 


âge : vingt automnes et d'autres encore en sursis.
métier : étudiant en anthropologie & ethnologie (deuxième année) & de nombreux jobs étudiants à son actif (chez un fleuriste en semaine, au konbini le soir et une partie de la nuit, dans un restaurant huppé le weekend)
les amours : coeur seul, coeur à prendre, coeur offert.
quartier : shinjuku la belle, la grande, la dualité.


MessageSujet: at 2am in the morning (jude)   Lun 4 Déc - 10:47

jude x lian hua
at 2am in the morning


« Hana ! » Doux sourire tandis qu’il agitait la main en rentrant dans le konbini. Hana oui. Ca sonnait bien Hana, mieux que son vrai nom entre leurs lèvres alors il ne s’offusquait plus. Il ne disait plus rien, et de lui même proposait la propre mutilation de nom. Son essence. Hana. Mieux que Lian Hua. Il n’en savait rien faisait avec. Ce n’était qu’un nom après tout. Et peu se donnait la peine dans son entourage à bien prononcer ces caractères, ceux qui le définissaient. Lian Hua. Lotus. Et une odeur de fleur qui le suivait toujours, partout. Posant avec délicatesse les roses en pot qu’il avait amené pour égayer le comptoir, il passa par dessus celui-ci d’un bond souple, la main sur le meuble. Bond qu’il regretta quand la terre tourna un peu. Rien de bien dramatique. Rien de bien tragique. L’employé qu’il remplaçait n’y avait rien vu de toute façon. Rien à ses yeux fermés un peu douloureusement, rien à son écart, son pas perdu. Rien. Alors ce n’était pas grave. Et tout sourire il prenait place derrière le comptoir, vérifiant les caméras, celle du fond grésillait toujours, vérifiant le stock de nourriture chaude. Il n’aurait pas dit non à des ramen. Sauf qu’il ne pouvait pas. Un moue boudeuse, il se détournait de la vitrine avec tous les snacks chauds pour attraper une barre de céréales aux fruits dans le promontoire, une poignée de yen terminant dans la caisse tandis qu’il s’installait.

Il avait ses habitudes Lian Hua. D’abord le tablier avec le nom de l’enseigne consciencieusement attaché autour de sa taille, un tabouret traîné derrière le comptoir qu’il montait à niveau. Ses cours étalés aussi. Une partie sur ses genoux, l’autre qu’il accrochait en hauteur. Des automatismes. Des automatismes tandis qu’il mordait dans sa barre de céréales, saluait l’autre employé qui rentrait chez lui et s’occupait de scanner les articles de l’homme devant lui, sans oublier de recharger sa carte de métro et de lui donner un paquet de cigarettes. Des habitudes. Comme être capable de lire ses cours tout en jetant un coup d’œil sur les caméras, sur les gens. Multifonction. Après ce n’était pas comme s’il y avait du monde la nuit dans ce petit konbini. Pas grand monde. Juste des habitués. Et des gens perdus. Perdus dehors en pleine nuit qui ne savent pas quoi faire et qui viennent acheter tout et n’importe quoi. Puis dans les habitués, il y a toujours ces étudiants qui venaient en pleine nuit pour acheter des snacks, ces fonctionnaires qui avaient besoin d’une bouteille pour aller mieux. Il y avait aussi ces mineurs qui pensaient pouvoir acheter de l’alcool en douceur. Y’avait cette fille aussi qui venait à heure précise tous les soirs ou presque pour acheter de la limonade et des pocky. Tout un ballet qu’il connaissait à présent. Tout un ballet qui le laissait dans une routine confortable.

Et dans ce ballet y’avait Jude. Jude avec ses grands sourires et son skate. Jude avec ses genoux écorchés parfois qui aimait lui ébouriffer les cheveux en arrivant. Fille de la proprio, il s’était inquiété au début quand elle lui avait ordonné de rentrer en le voyant ses cours à la main. Il avait craint de se faire virer après à peine une semaine. Mais non. Jude le cœur sur la main, avec lui en tout cas, qui voulait juste qu’il réussisse son examen et qu’il n’ait pas l’air d’un zombie au final. Elle était à l’entrée d’ailleurs, s’avançant vers lui tandis qu’il relevait la tête, un sourire pour la jeune femme. « Hey Jude. » Et la remarque était idiote, reprise d’un titre des Beatles, il lui faisait souvent le coup, fredonnant son nom pour la saluer, un de ses sempiternels doux sourires aux lèvres. « Tu viens me tenir compagnie pour la nuit ou tu es de passage ? » Il l’aimait bien Jude. Beaucoup. C’était ce genre d’ami qu’on voulait garder près de soi. Puis Jude, elle l’appelait Lian Hua et non Hana, faisait juste cet effort qui rendait son sourire un peu plus vif.

AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Okita Lian Hua le Sam 9 Déc - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hara Jude

東京住人

avatar : pranpriya manoban (lisa, bp)
crédits : gabi le loup
messages : 149
date d'inscription : 30/11/2017



âge : vingt-ans
métier : l2 histoire, file un coup de main dans le konbini de sa mère le soir
les amours : célibataire
quartier : shibuya


MessageSujet: Re: at 2am in the morning (jude)   Sam 9 Déc - 17:49

jude x lian hua
at 2am in the morning


jude, coup de vent – le bitume qui vrombit sous son skate, et le corps agile, gracile, qui se glisse entre les passants. fin de journée, les épaules qui se détendent peu à peu, et l’air qu’on engouffre à grosses bouffées dans ses poumons. jude, coup de vent et tout qui s’enchaîne à quelques centaines de kilomètres heure en trop – l’adrénaline dans le sang et des propensions à oublier ce que c’est, que d’être prudent. elle finira par s’éclater la gueule par terre, et y’aura du rouge un peu partout – le rouge, c’est sa couleur favorite. sourire aux lèvres, les commissures qui tranquillement se relèvent – la semelle des chaussures qui éclaterait le bitume si elle le pouvait, un mouvement rapide pour saisir sa planche et sa main libre qui enfonce la porte quand elle fait irruption dans le petit magasin.

« lian hua. » habituée, à peine besoin de regarder pour savoir qu’il est là – là, fidèle à lui-même, la douceur dans les traits et l’espoir gravé à l’encre dorée au gouffre de ses pupilles. on tomberait dedans comme on tombe dans un rêve – elle l’aime bien ce regard, elle le scrute souvent sans crier gare. « hey jude. » elle ne bronche pas – habituée tranquille, elle en aurait maudit d’autres pour ça, mais pas lian hua. jude-tornade qui de deux ou trois pas s’est déjà hissée jusqu’au comptoir, le sac à dos qui retombe sur un coin de celui-ci et duquel elle extirpe deux boissons encore vaguement chaudes (probablement tiédasses), et miraculeusement conservées dans un état correct. « tu viens me tenir compagnie pour la nuit ou tu es de passage ?
- j’ai l’air d’être de passage ? »

sourire malicieux, une main qui vient ébouriffer ses cheveux – et la seconde qui suit elle s’affaire déjà à tirer un tabouret de sous le comptoir et à s’installer à ses côtés. « sers-toi, t’aimes le thé ? j’étais pas sûre de ce que tu pouvais prendre mais ça ira ? » le regard qui glisse sur les copies éparpillées un peu partout – le vague souvenir de son propre travail à faire, qu’elle chasse d’un battement de cil : plus tard. les bras tendus vers le plafond, à s’en péter les articulations – la demoiselle qui s’étire dans un mouvement, avant de tout relâcher. fin de journée, milieu de nuit – elle sait pas, ça s’enchaîne au quart de seconde, et ça ne s’arrête jamais, jude qui trouve pas les freins de sa propre existence. elle s’emballe jude, elle- pause.

tout relâcher dans le petit konbini, et se pencher sur les feuilles de cours du garçon – des lignes auxquelles elle entrave dans le fond pas grand-chose, si ce n’est sa curiosité qui la pousse à vouloir en savoir toujours plus, et aussi ce sentiment de joie tintée d’une mince fierté, quand elle lit dans les yeux de l’autre les quelques passions qui l’habitent à en parler. « tu travailles sur quoi, ce soir ? » alors elle le pousse, échange réciproque, on s’entraîne à pas se laisser crouler sous le poids de ce qui ne nous intéresse plus – on s’entraîne à toujours s’intéresser, à faire brûler nos curiosités. mais les sourcils qui se froncent presque aussitôt, le regard qui vient se glisser sous celui de l’employé. « mh attends, c’est quand ton exam ? »

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okita Lian Hua

東京住人

avatar : xu minghao - the8 (svt)
multi : iouri bb
crédits : calypsie :3
messages : 146
date d'inscription : 01/12/2017


H A N A ❀ T H E M A
my heart likes to start fights with the inside of my ribs where everyone loses




ID CARDCONTACTS
PHONEINSTAGRAM
(POKEDEX)


© mugen:
 


âge : vingt automnes et d'autres encore en sursis.
métier : étudiant en anthropologie & ethnologie (deuxième année) & de nombreux jobs étudiants à son actif (chez un fleuriste en semaine, au konbini le soir et une partie de la nuit, dans un restaurant huppé le weekend)
les amours : coeur seul, coeur à prendre, coeur offert.
quartier : shinjuku la belle, la grande, la dualité.


MessageSujet: Re: at 2am in the morning (jude)   Ven 15 Déc - 20:06

jude x lian hua
at 2am in the morning


« Lian Hua. » L’appellation lui avait fait relever la tête. Il y en avait peu pour l’appeler ainsi. Peu pour savoir prononcer son prénom, sans l’écorcher, sans le détruire. Peu pour lui laisser un sourire. Jude. Bien sûr que c’était Jude. Qui d’autre à part elle à cette heure-ci dans le petit konbini, dans sa vie. Personne à part Jude. Alors oui il souriait Lian Hua tandis qu’il plantait son regard dans celui de Jude, et qu’il la saluait à son tour, la mélodie de la chanson des Beatles entre ses lèvres, un sourire doux également sur celles-ci. Il savait qu’elle ne le prendrait pas mal, elle ne le prenait jamais mal avec lui de toute façon. Puis il n’y avait aucune méchanceté ou raillerie dans l’appellation juste, une tendre affection. Celle qu’il portait à Jude. La laissant venir jusqu’à lui, c’était tout sourire, tout en douceur, quand n’était-il pas doux vraiment, qu’il lui demanda si elle serait avec lui ce soir. Parfois elle passait juste, en coup de vent. Joli zéphyr, plein de sourires et d’énergie. Pour dire bonjour. Pour s’assurer que tout allait bien. Qu’il allait bien. Parfois elle s’installait avec lui, les soirs où elle travaillait dans le konbini à ses côtés.

Comme ce soir là semblait-il. Ce soir là où elle avait déjà posé son sac sur le comptoir, un « J’ai l’air d’être de passage ? ». Secouant la tête, ce fut un rire cristallin qui s’échappa de ses lèvres tandis que ses cheveux ressemblaient plus à un nid d’oiseau qu’autre chose. Non pas qu’il fit grand chose pour se recoiffer. « Sers-toi, t’aimes le thé ? J’étais pas sûre de ce que tu pouvais prendre mais ça ira ?
- Le thé c’est parfait ! Merci. »
Attrapant l’une des deux cannettes il l’ouvrit tandis qu’elle prenait place à ses côtés. Il ne pouvait nier que la boisson chaude lui faisait du bien. Lui qui avait regardé à regret les plats chauds dans la petite vitrine à côté du comptoir, il pouvait au moins se réchauffer avec le thé, au moins un minimum avant de reprendre le travail et en même temps la révision de ses cours. Le konbini et l’ambiance de celui-ci avaient quelque chose de terriblement relaxant. Il aimait beaucoup l’endroit. Pas comme une maison non, mais il appréciait l’endroit, ses nuits passées derrière le comptoir à parler avec Jude, ou tout simplement à regarder ce manège fascinant qu’était le konbini.

« Tu travailles sur quoi, ce soir ?
- Le poids de la parenté dans l’organisation sociale des sociétés traditionnelles. »
Si le titre de son cours avait quelque chose de rebutant, clairement c’était un sujet passionnant. Puis il n’était vraiment pas nouveau que nombres de sociétés, actuelles, traditionnelles étaient basé sur le patriarcat mais également sur les valeurs familiales. Le Japon en faisait parti. L’importance des ainés dans la société, le respect des âges, c’était des valeurs ancrés dans le temps qui ne bougeaient pas ou peu malgré les évolutions sans cesse plus nombreuses des sociétés.
« Mh attends, c’est quand ton exam ?
- Oh je te connais Jude … N’y pense même pas, je ferai mes heures. »
Il la connaissait bien. Il savait bien ce qui allait suivre lorsqu’il allait annoncer que son examen était dans quelques jours à peine. Elle allait lui refuser son poste derrière le comptoir. Elle l’avait déjà fait, voulait toujours le refaire. Prévenante. Adorable. Mais Lian Hua s’y refusait. Il avait pris ses marques, et ses notes n’avaient jamais chuté. Il n’avait pas besoin de s’inquiéter, et Jude non plus. Plantant son regard dans le sien, et voyant bien qu’elle ne le laisserait sans doute pas tranquille, il tenta un maigre sourire, avant d’annoncer la couleur. « Lundi matin, d’ici là je devrais être prêt, t’en fais pas ! Au pire tu peux m’aider un peu non ? » Est-ce qu’il tentait de la dissuader de le pousser vers la porte de sortie et de l’empêcher de revenir jusqu’à lundi soir ? Oui clairement. Mais il se sentait coupable Lian Hua. Coupable d’être chez lui, et d’être payé malgré tout. Il était bien trop honnête pour ne pas s’accrocher à son tabouret. Littéralement parlant. Avec une moue de chiot triste. Des yeux brillants dans ceux de Jude.



AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Okita Lian Hua le Sam 13 Jan - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hara Jude

東京住人

avatar : pranpriya manoban (lisa, bp)
crédits : gabi le loup
messages : 149
date d'inscription : 30/11/2017



âge : vingt-ans
métier : l2 histoire, file un coup de main dans le konbini de sa mère le soir
les amours : célibataire
quartier : shibuya


MessageSujet: Re: at 2am in the morning (jude)   Sam 13 Jan - 12:36

jude x lian hua
at 2am in the morning


lian hua, poussière de fée au bout de doigts, dans les yeux de modestes éclats - petit prince gracile, on serait à peine surpris de lire à manier avec précaution en grande lettres sur son front. le besoin presque pressant de le protéger, de le serrer tendrement entre ses bras trop fins, s’assurer de son existence - peur qu’il lui file entre les doigts. toujours le sourire au bord des lèvres, même quand jude proteste, suspicieuse. lian hua qui s’acharne, envers et contre tout, surtout contre la vie, et un peu contre jude aussi. « oh je te connais jude … n’y pense même pas, je ferai mes heures. » c’est la réprobation qui s’installe presque instantanément dans son regard quand elle le plante dans celui du garçon, les sourcils haussés, dans une attitude presque défiante - mais avant qu’elle n’ait le temps d’esquisser un mouvement de ses lippes, un sourire tendre s’est déjà glissé sur celles de l’autre, les pupilles commes des puits de promesses heureuses et rassurantes. « lundi matin, d’ici là je devrais être prêt, t’en fais pas ! au pire tu peux m’aider un peu non ? »

jude, sa langue qui claque contre le palais, les doigts d’une main qui courent sur le comptoir en le tapotant - toujours agitée, rien pour l’arrêter - avant qu’elle se penche vers l’employé, en appui sur un coude et le menton au creux de la main, les yeux qui le scrutent, à la recherche de la faille, mais elle sait déjà son échec, la capitulation qui se pointe sournoisement. soupir résigné face à ses iris implorants, le plat des mains qui s’écrase fermement contre le comptoir dans un geste décidé, si c’est une capitulation qui s’installe, elle n’en restera pas moins intransigeante. « t’as pas intérêt à me le faire regretter, ok ? peu importe comment, t’as juste pas intérêt. » elle rétorque, amusée sans en oublier d’être mordante, un fin sourire qui s’immisce sur ses lèvres, l’air farouche, avant de siffler presque d’une traite sa propre boisson.

« je t’aide, mais tu me laisses gérer la caisse pendant ce temps, alors. hop hop, tu bouges et pas de protestation, c’est ça ou c’est chez toi. » si elle concède à laisser les cernes se figer sous les paupières de lian hua, elle préfère que ce soit pour ses études que pour un travail ingrat. « vas-y, raconte moi tout, le poids de la parenté dans l’organisation de… truc. j’t’écoute. »

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: at 2am in the morning (jude)   

Revenir en haut Aller en bas
 
at 2am in the morning (jude)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eglise Saint-Simon Saint-Jude
» Jude Law
» [Derevaux, Jude] Vint un chevalier [Moyen-âge Ép. Victorienne]
» [J-Pop] Morning Musume
» [Le grand projet du moment?] Maji Desu Ka Ska! des Morning Musume [ 3 F. Wow. ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
raining in tokyo ☆  :: tokyo -- 東京 :: shibuya :: autres lieux-
Sauter vers: